Les Bourses européennes terminent dans le vert, Londres en recul

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Des données suggérant une accélération de la croissance dans la zone euro ont soutenu mardi les Bourses de Paris et Francfort qui ont terminé dans le vert, à l'inverse de Londres, pénalisée par les valeurs liées aux ressources de base après un indicateur chinois mal accueilli.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,67% (33,76 points) à 5.088,28 points. À Francfort, le Dax a pris 0,92% tandis qu'à Londres, le FTSE reculait de 0,26%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro ont progressé respectivement de 0,41% et 0,87%.

La croissance de l'activité dans le secteur privé de la zone euro s'est accélérée plus qu'attendu en mars avec un indice à 54,1, son niveau le plus haut depuis mai 2011, montrent les premiers résultats des enquêtes mensuelles de Markit auprès des directeurs d'achats.

A l'annonce de ces chiffres, l'euro a brièvement repassé la barre de 1,10 dollar avant de fléchir à nouveau.

"L'environnement dans la zone euro devient extrêmement positif: des taux d'intérêt bas, un euro faible, une chute du prix des ressources de base, tout cela ajouté à une action forte de la BCE", commente Christian Jimenez, de Diamant Bleu Gestion.

Ce contexte profite aux valeurs bancaires avec notamment +2,5% pour Société générale, deuxième plus forte hausse du CAC 40 derrière Orange (+2,64%).

En Chine, l'activité dans le secteur manufacturier a connu son plus fort ralentissement depuis 11 mois en mars à cause d'une baisse des prises de commandes, selon la première estimation de l'indice HSBC/Markit.

Le secteur des ressources de base, très exposé à la Chine, s'en ressent avec -1,99% pour Rio Tinto et -1,87% pour Glencore.

Sur le plan politique, l'optimisme prévaut sur la situation en Grèce. La Bourse d'Athènes gagne ainsi 3,66% après la promesse du gouvernement d'Alexis Tsipras de présenter d'ici à lundi une liste de réformes détaillée à l'Eurogroupe.

Aux valeurs, Lufthansa recule de 1,56% après la catastrophe aérienne dans les Alpes françaises où un Airbus A320 de la filiale low-cost de la compagnie allemande s'est écrasé avec 150 personnes à bord.

Sur le marché des changes, le dollar, un peu moins vigoureux ces derniers temps, est reparti à la hausse face à un panier de devises de référence, entraînant une nouvelle baisse des cours du pétrole.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant