Les Bourses européennes terminent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

MILAN/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge lundi, partagées entre la baisse des secteurs des ressources de base et de l'énergie d'une part, la hausse des valeurs de défense d'autre part.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,44% (-21,85 points) à 4.889,12 points. Le Footsie britannique a abandonné 0,46% et le Dax allemand 0,25%, tandis que l'indice EuroStoxx perdait 0,21% et que le FTSEurofirst 300 reculait de 0,19%.

Ce dernier a fini au-dessus de ses plus bas du jour, grâce entre autres aux résultats préliminaires meilleurs qu'attendu des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice sectoriel des ressources de base a abandonné 0,76% et celui du pétrole et du gaz 0,18%. Les valeurs minières et sidérurgiques continuent de souffrir des inquiétudes liées à la demande chinoise et de la vigueur du dollar. ArcelorMittal a perdu 4,66%, BHP Billiton 1,6%.

L'indice Thomson Reuters Core Commidity CRB des matières premières est tombé à son plus bas niveau depuis novembre 2002. Son recul depuis le début de l'année dépasse 20%.

Parallèlement, le contexte géopolitique après les attentats du 13 novembre à Paris et l'état d'urgence à Bruxelles ont profité aux valeurs du secteur de la défense, à l'instar de Rolls-Royce (+3,08%), BAE Systems (+1,02%) et Safran (+1,15%).

La France a effectué lundi ses premières frappes sur des objectifs de l'organisation Etat islamique (EI) depuis le porte-avions Charles-de-Gaulle; parallèlement, le gouvernement britannique a annoncé une augmentation de 12 milliards de livres (environ 17 milliards d'euros) des dépenses d'équipement de la défense sur les dix prochaines années.

Sur le marché des changes, l'euro cède près de 0,4% face au dollar après être brièvement passé sous le seuil symbolique de 1,06 dollar pour la première fois depuis sept mois.

Le billet vert, toujours porté par les anticipations de hausse des taux le mois prochain aux Etats-unis, est au plus haut depuis avril face à la plupart des autres grandes devises.

A Wall Street, la tendance était à la hausse prudente au moment de la clôture en Europe, l'indice large Standard & Poor's-500 gagnant 0,2%. Le Dow Jones, lui, était presque inchangé, pénalisé par le recul de 2,3% de Pfizer après l'annonce officielle du rachat d'Allergan (-2,28%), une opération valorisée à 160 milliards de dollars.

(Danilo Masoni et Alistair Smout; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant