Les Bourses européennes terminent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les marchés d'actions européens ont terminé dans le rouge au lendemain de la forte hausse qu'ils avaient enregistrée dans le sillage de la conférence de presse du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi.

Ce dernier avait dit que la BCE maintiendrait ses taux à un niveau exceptionnellement bas pendant une période prolongée et qu'elle pourrait même les réduire encore.

L'attention des investisseurs a été monopolisée vendredi par la publication des chiffres américains de l'emploi pour le mois de juin qui se sont avérés bien meilleurs qu'attendu.

Fermée jeudi, la Bourse de New York souffle le chaud et le froid, témoignant des hésitations des investisseurs, à la fois soucieux de voir repartir l'économie américaine et désireux de voir la Fed continuer le plus longtemps possible d'abonder les marchés en liquidités.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,46% (55,46 points) à 3.753,85 points. Sur la semaine il affiche une hausse de 0,4%. Le Footsie britannique a perdu 0,72% et le Dax allemand 2,36%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 cédait 1,91%.

Aux valeurs, les titres liés aux ressources de base (-4,33%) ont accusé les pertes les plus lourdes en Europe. Schneider a reculé de 3,08%, soit le plus net recul du CAC, tandis que Michelin a perdu 2,98% et ArcelorMittal 2,73%.

Contre la tendance, Peugeot PSA Citroën s'est encore illustré, terminant en hausse de 3,47%, les spéculations sur une possible redistribution du capital de PSA continuant à soutenir les cours.

La publication des chiffres de l'emploi américains a contribué à faire rebondir le dollar, qui s'inscrit en hausse contre l'euro, le yen et la livre, tout en faisant remonter les rendements des Treasuries à cinq, sept et 10 ans à des pics de près de deux ans.

Le spread entre le rendement des emprunts américains à dix ans le rendement de leurs homologues allemand s'est de son côté creusé à 97 points de base, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis près de sept ans.

Le marché du pétrole du pétrole s'inscrit lui aussi en hausse, après une pause jeudi, à la faveur à la fois des chiffres américains de l'emploi et des inquiétudes provoquées par la crise politique que traverse l'Egypte.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant