Les Bourses européennes terminent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net recul vendredi, affectée par la montée des tensions entre la Russie et l'Ukraine et après un discours de la présidente de la Réserve fédérale diversement interprété sur les marchés.

Le dollar a accentué ses gains après le discours de Janet Yellen, les cambistes jugeant son ton plus positif concernant l'évolution de l'économie américaine et du marché de l'emploi, mais Wall Street a peu réagi.

La présidente de la Fed a estimé que le marché américain de l'emploi restait perturbé par l'impact de la "Grande Récession" et que la banque centrale devait faire preuve de prudence dans l'élaboration du calendrier de relèvement de ses taux, tout en notant qu'une amélioration plus rapide que prévu de l'emploi pourrait conduire à une accélération de la remontée des taux.

"Globalement, le discours a montré une évolution très progressive et nuancée consistant à s'éloigner de la position ouvertement accommodante de Yellen pour se rapprocher d'une vision plus mesurée sur l'économie et la politique monétaire", estime Omer Esiner, analyste en chef chez Commonwealth Foreign Exchange à Washington.

À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 0,93% à 4.252,80 points. Le Footsie britannique a cédé 0,04% et le Dax allemand 0,66%. L'EuroStoxx 50 a perdu 0,83% et le FTSEurofirst 300 0,27%.

Les valeurs minières et sidérurgiques ont été les plus touchées par les tensions géopolitiques, avec un indice sectoriel européen en baisse de 0,73%.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC a gagné 1,88% et l'EuroStoxx 50 a pris 2,14%.

Le repli des Bourses occidentales intervient après deux jours de hausse, qui ont notamment permis au S&P 500 d'inscrire jeudi un nouveau record de clôture et un plus haut historique en séance.

A la Bourse de Moscou, l'indice RTS, libellé en dollars, a cédé 1,22% et le Micex (en roubles) 1,04%. Le rouble s'est replié après avoir toutefois fortement progressé la veille.

Mais les investisseurs en Europe ont estimé que la tendance était surtout dictée par l'évolution de la situation en Ukraine où Kiev a estimé que l'entrée du convoi de camions russes constituait une "invasion directe".

"La lecture du marché aujourd'hui est davantage dictée par le risque géopolitique (...) La crise entre l'Ukraine et la Russie est une épée de Damoclès sur le marché et nous n'avons pas une forte conviction que ce conflit se résoudra rapidement. C'est un problème qui pourrait encore peser sur la croissance de la zone euro. On évite les sociétés trop exposées à la Russie et l'Ukraine", commente Thomas Dhainaut, gérant chez Sycomore AM.

Sur le marché des changes, le dollar est monté à un plus haut de quatre mois et demi face au yen et de 11 mois face à l'euro, soutenu par la hausse des rendements des obligations du Trésor américain après les propos de Janet Yellen.

(Juliette Rouillon pour le service français, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant