Les Bourses européennes terminent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé lundi en repli, les inquiétudes suscitées par la conjoncture en Chine pesant sur les actions, notamment dans le secteur des matières premières.

La première estimation de l'indice des directeurs d'achat (PMI) du secteur manufacturier chinois, attendue mardi, pourrait traduire une contraction de l'activité en septembre, une perspective à même de raviver les craintes pour la croissance mondiale.

Le ministre chinois des Finances Lou Jiwei n'a rien fait pour rassurer les marchés lorsqu'il a déclaré dimanche que Pékin n'envisageait pas de nouvelles mesures pour stimuler la deuxième économie du monde.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,42% (18,67 points) à 4.442,55 points. À Francfort, le Dax a cédé 0,51% et à Londres, le FTSE a abandonné 0,94%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a cédé 0,51% et le FTSEurofirst 300 0,59%.

L'indice sectoriel Stoxx des ressources de base a reculé de 3,12%, pénalisé par les doutes sur la demande chinoise. Rio Tinto a perdu 3,79% et Anglo American 3,09%.

La plus forte baisse du FTSEurofirst 300 revient cependant à Tesco, qui a plongé de 11,58% en raison de son troisième avertissement sur résultats depuis le début de l'année et le report de la publication de ses comptes semestriels.

A Paris, Publicis Groupe a perdu 3,42%, soit la plus forte baisse du CAC 40, du fait de la révision à la baisse des prévisions de ZenithOptimedia pour la croissance du marché publicitaire mondial.

Air France-KLM a cédé 5,16% après le rejet par les pilotes de la proposition du PDG de la compagnie, Alexandre de Juniac, de suspendre jusqu'en décembre la création de Transavia Europe, son projet de filiale low-cost à l'origine de la grève.

A Francfort et contre la tendance, le groupe pharmaceutique et chimique allemand Merck a gagné 4,35%, stimulé par l'annonce du rachat de l'américain Sigma-Aldrich pour 17 milliards de dollars (13,1 milliards d'euros).

Les indicateurs chinois ne sont pas les seuls à peser sur les marchés européens. La confiance du consommateur a diminué plus que prévu en septembre dans la zone euro, perdant 1,4 point pour toucher -11,4, montrent les données en première estimation publiées lundi par la Commission européenne.

Dans ce contexte, le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a déclaré lundi que l'institut d'émission se tenait prêt à employer d'autres outils non conventionnels pour soutenir l'inflation et la croissance dans la zone euro

Sur le marché des changes, le dollar a ralenti légèrement la cadence après 10 semaines de gains face à un panier de devises. L'euro était pratiquement stable face au billet vert, autour de 1,2823 dollar.

Sur le front du pétrole, le baril de Brent perdait 1,62 dollar à 96,78 dollars, la surabondance de l'offre effaçant les inquiétudes liées à l'évocation par l'Opep d'une baisse de sa production.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant