Les Bourses européennes terminent dans le désordre

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le désordre mardi, prises en tenaille entre le scepticisme quant à la qualité des résultats du premier trimestre, dont la publication vient de commencer aux Etats-Unis avec Alcoa, et la perspective d'une demande soutenue en provenance de la Chine.

Un ralentissement de l'inflation en Chine, qui éloigne la perspective d'un resserrement de la politique monétaire, a été un facteur de soutien dès l'ouverture.

En revanche, des indicateurs décevants sur le commerce extérieur en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France, ont pesé sur la tendance.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,11% à 3.670,72 points. Le Footsie britannique a pris 0,58%, mais le Dax allemand a reculé de 0,33%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,23% et l'EuroFirst 300 a perdu 0,1%.

Le secteur des ressources de base (+3,29%) a signé la meilleure performance sectorielle dans l'espoir d'une poursuite d'une politique monétaire souple en Chine avec la baisse de l'inflation.

A la clôture en Europe, les grands indices américains stagnent.

Contre toute attente, Alcoa perdait 0,6% après avoir annoncé une hausse de son bénéfice trimestriel mais une baisse de son chiffre d'affaires.

Les prévisions pour les résultats de sociétés ont récemment été revues à la baisse. Le consensus Thomson Reuters donne une hausse de seulement 1,6% pour les bénéfices trimestriels des sociétés composant le S&P-500 à Wall Street. En janvier, la prévision était de 4,3%.

En Europe, Telecom Italia (+3,6%) a enregistré la plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, le hongkongais Hutchison Whampoa souhaitant racheter jusqu'à 29,9% du groupe italien, a-t-on appris mardi auprès d'une source proche des discussions.

EADS (-2,87%) a enregistré la plus forte baisse du CAC à Paris après l'annonce par Lagardère (-2,56%) d'un placement privé auprès d'investisseurs visant à céder sa participation de 7,35% dans le capital du groupe aéronautique et spatial.

De son côté, le yen a rebondi après trois séances de baisse vis-à-vis du dollar et de l'euro au cours desquelles il est tombé près des 100 yens pour un dollar. Les cambistes estiment toutefois que la devise nippone se dirige tout droit vers ce seuil après les mesures d'assouplissement sans précédent prises par la Banque du Japon (BoJ) la semaine dernière.

Les rendements des obligations se sont maintenus près des plus bas touchés la veille. Les injections massives de liquidités annoncées par la BoJ jeudi ont eu un fort impact sur le marché de la dette, la fuite des investisseurs japonais vers de meilleurs rendements ayant dopé les obligations en Europe et aux Etats-Unis et pesé sur leurs rendements.

"Les marchés sont de plus en plus focalisés sur l'idée que les rachats d'obligations d'Etat japonaises à échéances plus lointaines par la BoJ va inciter les investisseurs nippons de long terme à aller chercher ailleurs", dit Vassili Serebriakov, stratège chez BNP Paribas à Londres.

Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse et le Brent se rapproche des 105,50 dollars le baril, après les bons chiffres de l'inflation chinoise qui devraient soutenir la demande du deuxième pays consommateur de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant