Les Bourses européennes stables ou en léger recul à la mi-séance

le
0
LE DAX ET LE CAC EN BAISSE À LA MI-SÉANCE
LE DAX ET LE CAC EN BAISSE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont stables ou en très léger recul à mi-séance après les nouveaux records sur cinq ans et demi atteints vendredi, dans des marchés plombés notamment par le secteur bancaire à la suite de l'annonce d'une perte inattendue de Deutsche Bank au quatrième trimestre.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,02% à 4.326,51 points vers 13h00. À Francfort, le Dax cède 0,16% et à Londres, le FTSE est stable (+0,05%), tout comme l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 (-0,02%). L'activité reste néanmoins limitée en ce jour de fermeture des marchés américains pour Martin Luther King's Day.

Pesant sur la tendance parisienne, PSA Peugeot Citroën chute de près de 6%, plus forte baisse du SBF120, après que son conseil de surveillance a validé un projet d'entrée au capital de l'Etat français et du chinois Dongfeng dans le cadre d'une augmentation de capital permettant de soutenir le constructeur en difficulté.

A Francfort, Deutsche Bank, qui devait publier ses comptes le 29 janvier, a annoncé dimanche une perte imposable inattendue de 1,153 milliard d'euros au titre de son quatrième trimestre, la première banque allemande ayant notamment subi d'importants coûts juridiques et de restructuration, tout en avertissant que l'année 2014 serait encore difficile.

Les revenus du trading obligataire de Deutsche Bank ont chuté de 31%, levant des craintes pour les autres banques ayant une grosse activité sur le marché de la dette. Deutsche Bank chute de 4%, plus forte baisse du Stoxx 600 et l'indice bancaire cède 0,64%, repli sectoriel le plus marqué en Europe.

Mais la perte de Deutsche Bank, qui suit un récent avertissement de Royal Dutch Shell (-0,5%), a un impact plus global sur le sentiment de marché et les intervenants craignent que les entreprises ne délivrent pas les bons résultats attendus pour justifier le récent rally et motiver de nouveaux gains.

"Le marché se traite à des valorisations qui se rapprochent des niveaux auxquels toute déception sur les résultats posera un problème de plus en plus important", dit Ian Richards, responsable de la stratégie d'Exane BNP Paribas.

Les actions européennes se traitent en moyenne à environ 13,6 fois leurs résultats attendus sur les 12 prochains mois, soit le ratio le plus élevé en neuf ans, selon les données de Thomson Reuters Datastream.

Sur le marché obligataire, le rendement de la dette de référence à 10 ans de l'Irlande baisse de plus de 17 points de base à moins de 3,3%, alors qu'il avait atteint un pic de 15% mi-2011. L'agence irlandaise de la dette compte annoncer la première d'une série d'adjudications obligataires dans les deux prochaines semaines après la décision de l'agence de notation Moody's de sortir sa note sur la dette du pays hors de la catégorie spéculative.

Le dollar se replie un peu après avoir atteint un plus haut de deux mois face à l'euro et le dollar australien regagne un peu de terrain après avoir touché un plus bas de trois ans et demi. La devise australienne a bien réagi à l'annonce d'une croissance de 7,7% de l'économie chinoise en 2013 après un léger ralentissement au quatrième trimestre.

Sur le front du pétrole, le Brent se replie vers les 106 dollars le baril, plombé par l'annonce que la consommation de pétrole de la Chine a ralenti en 2013 et que l'Iran a commencé à mettre en oeuvre son accord nucléaire.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant