Les Bourses européennes stables à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES STABLES À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES STABLES À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont plus ou moins à l'équilibre vendredi à la mi-séance, à un pic de plus d'une semaine, dans le sillage de l'injection massive de liquidités par la Banque centrale européenne (BCE) mercredi dernier.

A Paris, le CAC 40 est stable à -0,02%, tandis que l'Eurofirst 300 recule de 0,05%.

A Wall Street, les futures laissent présager une ouverture en légère baisse d'une séance qui manquera d'éléments d'orientation, tant en statistiques qu'en résultats de sociétés.

L'attention des investisseurs est accaparée par le sommet européen qui a débuté jeudi et se termine ce vendredi. Ce sommet est dominé par le débat entre croissance et austérité et a donné son feu vert conditionnel à une nouvelle aide financière à la Grèce.

L'action de la BCE a produit en particulier un effet bénéfique sur les banques européennes, dont l'indice avance de 0,7%. Cet indice, qui a réalisé la plus mauvaise performance en 2011 avec une perte de 32%, gagne 19% depuis le début de l'année.

"Les Bourses européennes ont un potentiel de hausse de 5% environ dans les six mois mais ce n'est pas encore un marché du type 'acheter et conserver'. Je serais neutre sur les financières à court terme car nous avons déjà observé un rally des financières", commente Klaus Wiener (Generali Investments).

Aux valeurs, Areva bondit de près de 7%. Areva a néanmoins publié jeudi des résultats 2011 plombés par de massives dépréciations d'actifs et s'est dit déterminé à poursuivre la mise en oeuvre de son plan stratégique à l'horizon 2016.

Dans le secteur des télécoms, le titre Belgacom recule de plus de 4% après que l'opérateur belge a dit que la baisse de son bénéfice brut s'accélèrerait en 2012.

Les futures du Bund sont en hausse, les investisseurs prenant leur bénéfice sur les emprunts de la périphérie de la zone euro après leur forte hausse cette semaine, qui a vu en particulier le rendement du deux ans italien tomber à son niveau le plus bas en 15 mois.

Les emprunts italiens et espagnols sous-performent leurs homologues allemands mais les fluctuations devraient rester modestes. L'Italie devrait continuer à surperformer l'Espagne dans la mesure où ses banques se sont largement approvisionné en fonds auprès de la BCE cette semaine.

Le rendement de l'emprunt italien à 10 ans est repassé au-dessus de 5%, seuil qu'il avait enfoncé jeudi pour la première fois depuis août, le rapprochant de la parité avec son homologue espagnol.

Le dollar inscrit un pic de neuf mois contre le yen, le risque de déflation étant susceptible de pousser la Banque du Japon à assouplir toujours plus sa politique monétaire. La monnaie nippone reste affectée par la détente monétaire inattendue de la Banque du Japon en février, tandis que le dollar tire parti du fait que le président de la Fed Ben Bernanke n'ait en rien laissé entendre qu'il était disposé à assouplir encore sa politique monétaire pour stimuler l'économie.

Les cambistes doutent toutefois que le dollar progresse beaucoup plus avant face au yen. Une barrière d'options à 81,75 yens attire des ordres de vente de protection susceptible de freiner la hausse du billet vert, font valoir des cambistes.

Le dollar monte aussi contre l'euro et des traders évoquent des ordre stop qui se sont manifestés à 1,3270 dollar.

Les futures pétroliers sont en recul et le baril de Brent en particulier se retrouve à moins de 125 dollars, en deçà d'un pic de 11 mois, les traders craignant moins une perturbation des approvisionnements saoudiens et la demande des pays occidentaux étant susceptible de baisser sensiblement avec l'arrivée du printemps.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant