Les Bourses européennes se stabilisent en début de séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES SE STABILISENT DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
LES BOURSES EUROPÉENNES SE STABILISENT DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes se stabilisent lundi dans les premiers échanges après leur correction de la semaine dernière, encore secouées par le tarissement annoncé des liquidités de la Réserve fédérale américaine et par les inquiétudes concernant la situation du secteur bancaire en Chine.

À Paris, l'indice CAC 40 regagne 0,09% à 3.661,92 points vers 7h15 GMT. À Francfort, le Dax reprend 0,18% et à Londres, le FTSE se redresse timidement de 0,1%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est quasiment stable (+0,05%), alourdi par les produits de base (-0,85%).

La cote est soutenue par l'automobile (+1,45%) et le secteur des télécoms, au centre de l'attention après l'offre de 7,7 milliards d'euros de Vodafone (+1%) pour le rachat du câblo-opérateur allemand Kabel Deutschland (+1,9%), qui renchéri sur la contre-offre de dernière minute de l'américain Liberty Global.

Les marchés asiatiques ont poursuivi leur baisse ce lundi matin.

L'indice MSCI de la région Asie-Pacifique, hors Japon, qui perd encore 1,84%, a touché un nouveau plus bas de neuf mois et demi dans un climat d'inquiétudes persistantes sur la situation économique et financière de la Chine, qui s'ajoutent aux annonces de la Fed mercredi de son intention de commencer à ralentir dès cette année le rythme de ses rachats d'actifs.

La Bourse de Shanghai a perdu 5,3%, plombée par les valeurs bancaires, malgré une détente sur le marché monétaire chinois, qui a été secoué la semaine dernière par la décision de la Banque populaire de Chine de limiter ses injections de liquidités. Le taux au jour-le-jour en Chine retombe de 193 points de base à 7,32%, après avoir atteint un pic de 11,74% jeudi.

L'agence Chine Nouvelle a déclaré dimanche que la Chine disposait de liquidités amplement suffisantes et la récente envolée des taux sur le marché monétaire résulte des distorsions engendrées par le développement des opérations spéculatives et du financement non bancaire ("shadow banking").

"Les investisseurs craignent que les tensions dans le secteur bancaire chinois n'accentuent le ralentissement de la croissance du pays, alors même que la Fed parle de réduire son QE (assouplissement quantitatif) et que les investisseurs réduisent leur exposition aux émergents", note un trader parisien.

Le futures sur Bund allemand ont touché leur plus bas niveau depuis octobre 2012, prolongeant leur recul de la semaine dernière.

Le dollar a touché un plus haut de deux semaines et demi face à un panier de devises et progresse toujours contre le yen. La devise américaine continue à profiter de la hausse des rendements des obligations du Trésor en vue du resserrement de la politique monétaire américaine. Le rendement des Treasuries à 10 ans atteint un pic de 10 ans ce matin en Asie. Le billet vert se traite autour de 98,23 yens et juste au-dessus de 1,31 pour un euro.

Sur le front du pétrole, le Brent oscille autour de la barre des 100 dollars le baril, plombé par la fermeté du dollar et les inquiétudes sur la demande en Chine et aux Etats-Unis. Le Brent a perdu 5% la semaine dernière, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis le mois d'avril, et recule encore de 0,9%.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant