Les Bourses européennes se ressaisissent à la mi-séance

le
3
LES BOURSES EUROPÉENNES SE REPRENNENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES SE REPRENNENT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont effacé mardi à mi-séance une partie de leurs pertes de la matinée provoquées par les incertitudes entourant l'avenir de la Grèce au sein de la zone euro, qui alimentent la volatilité des marchés.

Le principal indice de la Bourse d'Athènes a plongé de plus de 4,5% dans les premiers échanges avant de se reprendre pour rechuter à nouveau. Il perdait 1,28% vers 12h45.

Les mouvements ont été encore plus spectaculaires pour l'indice des valeurs bancaires grecques, qui a successivement décroché de plus de 8%, progressé d'environ 3% puis reperdu près de 5%.

Les investisseurs ont été dans un premier temps déçus par l'absence d'accord sur une prolongation de l'aide à la Grèce lundi soir lors d'une réunion de l'Eurogroupe. Ils continuent toutefois de parier sur un compromis de dernière minute.

"Je suis certain qu'un accord sera conclu. Ce n'est dans l'intérêt de personne que la Grèce sorte de l'euro", dit Joe Rundle, trader chez ETX Capital.

À Paris, le CAC 40 est quasiment stable vers 12h45, en baisse de 0,08% (3,95 point) à 4.4748,00 points. À Francfort, le Dax perd 0,32% et à Londres, le FTSE gagne 0,35%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 0,02% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,06%.

En fin de matinée, l'institut ZEW a rapporté que le moral des investisseurs et analystes allemands s'était amélioré pour le quatrième mois consécutif en février mais moins que prévu.

Aux valeurs, le titre TNT Express fait encore pire que les banques grecques et s'effondre de près de 10%, plus forte baisse de l'indice européen Stoxx600, le groupe néerlandais de logistique disant s'attendre à une nouvelle année difficile sur ses principaux marchés ouest-européens.

L'action Orange, en baisse de 2,5%, pèse sur l'indice sectoriel des télécoms. Le premier opérateur télécoms français prévoit un recul limité de son résultat d'exploitation cette année et mise sur ses investissements dans le très haut débit et la poursuite des réductions de coûts face à une compétition toujours rude sur son marché domestique.

L'action Audika bondit en revanche de 28% après l'annonce de négociations exclusives avec William Demant en vue du rachat par le groupe danois de la part de 53,9% de la holding Holton dans le groupe français de correction auditive.

Le titre Pandora signe la plus forte hausse du Stoxx600 (+17,68%), le joaillier et détaillant danois ayant annoncé un bénéfice d'exploitation meilleur que prévu au quatrième trimestre et des prévisions encourageantes pour 2015.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • couronee le mardi 17 fév 2015 à 15:39

    Sans oublier le léger détail du "pb technique" de l'Eurex (plus grosse plateforme d'échanges foreign bonds) juste avant l'ouverture... un hasard bien entendu, alors qu'on avait des futurs in the pits. Même plus la peine de se poser de questions

  • pascalcs le mardi 17 fév 2015 à 13:58

    Quoi de plus normal? Tout s'effondre actuellement dans l'économie reelle mais des robots boursiers sont programmés sur up! La bourse cest désormais disneyland en plus de las Vegas.

  • guerber3 le mardi 17 fév 2015 à 13:48

    Grace à la Grèce et à l' Ukraine, puisqu' hier c'était l' inverse...!