Les Bourses européennes, sauf Londres, en repli à mi-séance

le
0
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES, À L'EXCEPTION DE LONDRES, À MI-SÉANCE
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES, À L'EXCEPTION DE LONDRES, À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, accentuent légèrement leurs pertes mercredi à mi-séance, animées essentiellement par les résultats d'entreprises maintenant qu'elles ont retrouvé leurs niveaux antérieurs à la victoire du Brexit.

À Paris, le CAC 40 cède 0,47% (21,04 points) à 4.439,40 points vers 10h10 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,73% alors qu'à Londres, le FTSE ne recule que de 0,05%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,27% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,60%.

Les futures sur les indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street globalement stable. La Bourse de New York s'est repliée mardi à la suite de déclarations de responsables de la Réserve fédérale évoquant la possibilité d'une hausse de taux d'ici la fin de l'année, voire dès septembre.

Aux valeurs en Europe, le brasseur danois Carlsberg est sanctionné par une chute de 5,38%, plus fort recul du FTSEurofirst 300, après avoir déçu les investisseurs avec ses résultats du premier semestre.

Wienerberger, le premier fabricant mondial de briques, recule de 6,84% après avoir averti que des effets de change défavorables pèseraient sur ses résultats annuels, notamment avec la dépréciation de la livre sterling.

A la baisse également, mais pas en raison de ses résultats, ASML Holding, fournisseur de l'industrie des semi-conducteurs, perd 4,95% après la décision d'Intel, rapportée par Bloomberg, de ne pas avoir recours aux produits de type EUV dont le groupe néerlandais est le premier producteur.

Contre la tendance, ABN Amro gagne 3,89% et signe la plus forte progression du FTSEurofirst 300. La banque néerlandaise a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et a annoncé son intention de se développer à l'international pour la première fois depuis la crise financière mondiale.

Les déclarations mardi des responsables de la Fed William Dudley et Dennis Lockhart ont interrompu la glissade du dollar, qui s'échange à 1,1265 dollar pour un euro après être tombé la veille à son plus bas niveau depuis le vote britannique pour le Brexit.

Les cours du pétrole se replient légèrement, le baril de Brent de la mer du Nord revenant sous les 49 dollars après avoir pris environ 12% en moins d'une semaine sur des espoirs d'action coordonnée des pays producteurs pour réduire l'excédent d'offre.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant