Les Bourses européennes sans tendance à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES SUR UNE NOTE INDÉCISE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES SUR UNE NOTE INDÉCISE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent sans tendance à mi-séance et Wall Street devrait aussi ouvrir sur une note indécise dans l'attente de la fin de la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, l'indice CAC 40 a cédé ses gains du matin pour s'afficher en repli de 1,69 point ou 0,04% à 4.470,94 vers 11h10 GMT. Le Dax gagne encore 0,40% à Francfort et le FTSE 0,14% à Londres mais l'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 abandonnent l'un et l'autre 0,08%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture quasi inchangée à Wall Street à ce stade.

A l'issue de deux jours de débats, la Fed publiera son communiqué à 18h00 GMT, accompagné de projections économiques actualisées. Ces annonces seront suivies une demi-heure plus tard par une conférence de presse très attendue de la présidente de la banque centrale, Janet Yellen.

"La probabilité de voir la Fed relever ses taux ce soir est quasi-nulle alors le marché va surtout se concentrer sur la conférence de presse de Janet Yellen", commente Vincent Ganne, analyste chez FXCM à Paris. "Tout va dépendre de la vision de la Fed sur l'ensemble des risques fondamentaux actuels, une lecture des risques qui sera la source des anticipations sur le cycle des taux d'intérêt lors des prochaines décisions de politique monétaire, notamment celle du 15 juin où il y a équiprobabilité entre relèvement des taux et statu quo."

Les récents signes de rétablissement de l'économie américaine confortent le scénario avancé par la Fed elle-même d'un relèvement progressif des taux d'intérêt. Les statistiques de l'inflation en janvier, des mises en chantier de février et de la production industrielle de janvier viendront encore compléter le tableau avant l'annonce de la décision monétaire.

En Europe, les constructeurs automobiles et les pétrolières affichent les plus fortes progressions alors que les banques sont en baisse.

L'indice du secteur automobile s'adjuge 1,8% après l'annonce d'une progression de 14% des ventes de voitures sur le continent en février, en nette accélération par rapport à la hausse de 6,3% de janvier.

Les secteurs des valeurs liées à l'énergie et aux ressources de base arrivent derrière, avec des gains respectifs de 1% et 0,6%. Le baril de Brent, en hausse de 1,65% à 39,38 dollars, a accentué ses gains après l'annonce par le Qatar qu'une quinzaine de pays producteurs de pétrole, membres ou non de l'Opep, soutenaient le principe d'un gel de la production pour soutenir le marché et qu'une réunion à cet effet aurait lieu le 17 avril à Doha.

BP prend 1,81% à Londres, Shell 1,48% et Total 0,54% à Paris.

Dans le secteur automobile, BMW (+3,51%), Daimler trustent les premières places de l'EuroStoxx 50 avec Safran (+2,03%) qui a rassuré mardi soir sur ses prévisions.

Le secteur bancaire recule à l'inverse de 1,28% avec notamment Deutsche Bank qui cède 3,88%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, et Credit Suisse en repli de 6,13%, en tête des baisses du FTSEurofirst 300.

Le groupe allemand de services à l'industrie Bilfinger chute de plus de 9% après l'annonce d'une suspension de son dividende et l'équipementier aéronautique français Zodiac Aerospace lâche 4,53% après des perspectives décevantes.[

Le dollar progresse légèrement face à l'euro et au yen avant le communiqué de la Fed tandis que l'or se replie pour la quatrième séance d'affilée, autour de 1.230 dollars l'once.

(Véronique Tison et Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant