Les Bourses européennes restent stables à la mi-séance

le
0
LES PLACES EUROPÉENNES STABLES À LA MI-SÉANCE
LES PLACES EUROPÉENNES STABLES À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes restent stables ou en légère hausse lundi à mi-séance, prolongeant le rebond entamé il y a deux semaines, dans une séance calme, Wall Street restant close en raison de la célébration du "Presidents Day", dans un contexte d'apaisement des inquiétudes sur la situation dans les pays émergents.

Le secteur des produits de base (+0,88%), notamment des valeurs ayant une forte exposition aux marchés émergents, comme BHP Billiton (+1,2%) et Glencore Xstrata (+1,4%), figurent en tête des hausses.

À Paris, le CAC 40 cède 0,07% à 4.337,21 points vers 12h10 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,08% et à Londres, le FTSE 1%, avec les minières. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,06%.

La Bourse italienne se stabilise, avec un indice FTSE MIB de Milan en recul de 0,08%, après avoir nettement surperformé vendredi avec un gain de 1,6%, les investisseurs ayant salué la perspective de voir Matteo Renzi, secrétaire du Parti démocrate (PD) de centre-gauche, diriger le gouvernement.

"Les investisseurs sont assez optimistes concernant la situation économique et politique des pays périphériques de la zone euro, et c'est un signal très positif. Les rendements des obligations à dix ans continuent de baisser dans tous les pays, envoyant un signal de stabilité qui incite de nombreux investisseurs à revenir dans la région", commente David Thébault, responsable du trading quantitatif chez Global Equities.

Selon les données d'EPFR Global les fonds actions européens ont attiré un flux nets de capitaux de 17 milliards de dollars depuis le début de l'année, un record sur la période, alors que les capitaux fuyaient les marchés émergents Au sein de l'Europe, les fonds actions de l'Italie et de l'Espagne ont été les premiers bénéficiaires de l'entrée d'argent frais, ajoute EPFR.

Aux valeurs, ThyssenKrupp perd 1,5%, l'une des plus fortes baisses de l'EuroFirst 300, alors que Citi est passé à la vente sur le titre, estimant que le groupe sidérurgique est survalorisé.

Bouygues se stabilise (-0,6%) après avoir démarré sur une perte de 1,5% à la suite de l'annonce d'une dépréciation de 1,4 milliard d'euros sur sa participation dans Alstom (+0,33%) après que ce dernier eut abaissé ses perspectives.

Sur le marché des changes, le dollar se maintient près de son plus bas niveau en six semaines face à un panier de devises, affaibli par des indicateurs plutôt décevants aux Etats-Unis alors que les récentes données macroéconomiques ont été globalement positives en Chine et en zone euro.

Sur le marché obligataire, les rendements italiens et espagnols des obligations à 10 ans se détendent à, respectivement, 3,622%, un plus bas de huit ans, et 3,52%.

De son côté, le yen perd du terrain après la publication d'un produit intérieur brut (PIB) du Japon inférieur aux attentes.

Le Brent se maintient tout juste au-dessus des 109 dollars le baril, pris entre des indicateurs de conjoncture américains décevants et l'augmentation de la demande de fioul aux Etats-Unis en raison du froid.

Juliette Rouillon pour le service français, avec Blaise Robinson et Alexandre Boksenbaum-Granier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant