Les Bourses européennes restent dans le rouge à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RESTENT ORIENTÉES À LA BAISSE A MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES RESTENT ORIENTÉES À LA BAISSE A MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées à la baisse à mi-séance mercredi mais en réduisant leurs pertes alors que les futures américains laissent espérer un rebond à Wall Street dans l'après-midi.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300, en hausse de 4,3% mardi, retombe de 1,30% vers 12h30 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro cède 1,50%.

A Paris, le CAC 40 perd 59,46 points ou 1,30% à 4.505,40 points, bien au-dessus cependant de son plus bas du jour à 4.430. Le FTSE cède 1,28% à Londres et le DAX allemand lâche 0,96% à 10.031,33 points, après une brève incursion sous le seuil des 10.000 points qui l'éloignait à quelque 20% de ses records atteints en avril.

A ce stade, les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 1,3% après la baisse de 1,35% du Standard & Poor's 500 mardi.

Au lendemain de l'annonce d'une deuxième baisse de taux en deux mois, la Chine a indiqué mercredi avoir injecté 140 milliards de yuans (21,8 milliards de dollars) dans le marché monétaire interbancaire.

Les investisseurs restent pourtant préoccupés par le ralentissement de la deuxième économie mondiale et les pressions déflationnistes qui résultent de la dévaluation du yuan.

"La tendance baissière reste intacte à cause de la croissance mondiale anémique. Dans ce contexte, toute remontée des marchés devient un prétexte pour vendre", estime Richard Griffiths, directeur associé chez Berkeley Futures.

Le ralentissement chinois et les turbulences sur les marchés recréent par ailleurs un climat d'incertitude autour du relèvement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale, qui pourrait renoncer à entamer la normalisation de sa politique monétaire en septembre contrairement à ce qui était attendu il y a quelques jours encore.

Le dollar perd du terrain dans cette perspective, s'inscrivant à mi-journée à 1,1463 pour un euro et 119,38 yens, en repli de 0,4% dans les deux cas.

La fuite vers les actifs sans risque profite aux obligations d'Etat américaines et allemandes. Le rendement à 10 ans américain, qui évolue à l'inverse des cours, retombe à 2,085% contre 2,091% en clôture mardi soir, alors qu'il se rapprochait des 2,50% il y a moins d'un mois. Le Bund à 10 ans, référence de la zone euro, voit son rendement revenir sous les 0,70%, loin cependant du creux de 0,51% touché lundi en pleine débâcle des Bourses.

Malgré les nouvelles bourrasques, des gérants et brokers veulent rester optimistes sur le marché boursier européen en notant qu'il reste soutenu par les perspectives de reprise en Europe et aux Etats-Unis.

Les stratégistes de Morgan Stanley s'attendent à ce que les indices européens soient supérieurs dans trois mois à leurs niveaux actuels et ils mettent en avant 20 valeurs qu'ils jugent "survendues", parmi lesquelles le groupe de luxe LVMH, le constructeur automobile BMW et le concepteur de puces ARM.

(avec Sudip Kar-Gupta, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant