Les Bourses européennes reprennent leurs esprits après le choc Trump

le
0

Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, reprenant leurs esprits au lendemain d'une séance rendue fiévreuse par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, les investisseurs procédant à quelques prises de bénéfices.

Il y a la "volonté de reprendre son souffle et de calmer le jeu après la hausse assez exceptionnelle d'hier", a souligné Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

Le secteur financier était toutefois globalement à la hausse, profitant de la forte remontée des taux d'emprunt sur le marché de la dette souveraine.

L'Eurostoxx 50 a reculé de 0,32%.

l'indice FTSE-100 de la Bourse de Londres a cédé 1,21% à 6.827,98 points.

Pour Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, "le FTSE-100 a effacé ses gains (de début de séance) en raison d'une baisse en fin de séance du secteur énergétique".

National Grid a chuté (-6,13% à 943,90 pence) après l'annonce d'une forte baisse de ses bénéfices au premier semestre.

AstraZeneca a perdu 3,74% à 4.404,50 pence après avoir annoncé une nette baisse de son chiffre d'affaires et de son bénéfice avant impôt au troisième trimestre. Dans son sillage, GSK a perdu 1,63% à 1.573,50 pence et Hikma Pharmaceuticals 3,97% à 1.694,00 pence.

Barclays a grimpé de 4,25% à 201,10 pence et RBS de 5,41% à 202,70 pence.

Prudential a pris 7,40% à 1.531,00 pence, après avoir annoncé la vente de sa filiale d'assurance-vie en Corée du Sud.

Les spécialistes de l'or, qui avaient profité la veille de la forte progression des cours du métal jaune, ont subi un retour de bâton, en raison de prises de bénéfices, à l'instar de Randgold (-10,26% à 6.385,00 pence) et Fresnillo (-11,01% à 1.576,00 pence).

L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris a reculé de 0,28% à 4.530,95 points, tempérant ses ardeurs après avoir frôlé ses plus hauts de l'année en séance.

Société Générale a progressé de 3,42% à 40,21 euros et BNP Paribas de 1,11% à 55,41 euros.

Vivendi a bondi (+8,99% à 19,70 euros) après être repassé dans le vert au troisième trimestre.

Legrand a gagné 4,48% à 53,88 euros grâce au relèvement de ses objectifs d'activité et de marge pour 2016.

Carrefour a cédé 4,64% à 22,48 euros alors que le ministère de l'Economie a annoncé l'avoir assigné devant le tribunal de commerce de Paris "pour des pratiques commerciales abusives" dans le cadre des négociations annuelles avec ses fournisseurs.

Engie a chuté de 7,65% à 11,78 euros, pâtissant de résultats globalement en baisse sur neuf mois.

A Francfort, l'indice Dax s'est replié de 0,15% à 10.630,12 points.

Deutsche Bank a terminé en tête (+5,58%, à 14,11 euros), tandis que sa rivale Commerzbank a pris 3,78%, à 6,64 euros.

Allianz a terminé en hausse de 2,23%, à 148,75 euros. Le réassureur Munich Re a gagné lui 1,63%, à 177,90 euros.

Siemens était très recherché (+4,59%, à 109,30 euros), après avoir annoncé un exercice 2016 meilleur que prévu et un projet de mise en Bourse de ses activités d'équipements médicaux.

Lufthansa a gagné 1,18% à 12,46 euros.

Fresenius, qui avait bondi de plus de 7% la veille, a cédé 4,80%, à 73,66 euros. Continental a abandonné 5,21%, à 160,10 euros.

A contre-courant, l'indice SMI de la Bourse suisse a gagné 0,39% à 7.928,77 points, grâce aux bancaires.

UBS a grimpé de 8,69% à 15,26 francs suisses, après avoir même franchi la barre des 10% en séance.

Sa rivale Credit Suisse a gagné 4,85% à 13,63 francs suisses, après avoir elle dépassé les 9% en matinée.

La Bourse de Madrid a perdu 1,63% à 8.756,80 points.

Enagas a ainsi perdu 5,33% à 23,69 euros. Dans les télécoms, Cellnex Telecom SA a perdu 6,23% à 13,03 euros. Aena (aéroports) a également fortement chuté (-4,78% à 124,45 euros), tout comme Amadeus, le géant des réservations en ligne (-4,27% à 40,29 euros).

Gamesa, géant de l'éolien, a de nouveau chuté (-4,35% à 17,59 euros) après une mauvaise journée la veille motivée par l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, fervent défenseur des énergies fossiles.

Les banques étaient globalement neutres, à l'exception de Bankia, qui a gagné 4,18% à 0,85 euros.

A Milan l'indice FTSE Mib était quasi stable (+0,03% à 16.805 points) même si certains de ses titres ont connu une séance agitée.

Dans la catégorie positive, Fiat Chrysler Automobile, affecté mercredi par l'élection de Donald Trump, a rebondi de 7,82% à 6,755 euros. Les banques Banco Popolare Milano et Banco Popolare, qui vont fusionner, ont gagné respectivement 5,77% à 0,361 euro et 5,66% à 2,278 euros et la société de services financiers Azimut a encore pris 5,53% à 16,59 euros.

Mauvaise journée en revanche pour les fournisseurs d'énergie A2A (-5,13% à 1,129 euro) et Snam (-4,96% à 3,564 euros), ainsi que pour le groupe de spiritueux Campari (-4,80% à 8,435 euros).

L'indice AEX de la Bourse d'Amsterdam a cédé 0,96% à 450,01 points.

Le groupe néerlandais des télécommunications KPN a chuté de 5,16% à 2,72 euros tandis que l'assureur néerlandais Aegon a grimpé de 13,32% à 4,65 euros après avoir renoué avec les bénéfices au troisième trimestre 2016.

La Bourse de Lisbonne a cédé 1,74% à 4.417,17 points, sous l'effet de la contre-performance des titres énergétiques.

Le groupe Energias de Portugal (EDP) a ainsi chuté de 4,96% à 2,70 euros et sa filiale dans les renouvelables EDP Renovaveis de 5,82% à 5,73 euros. Galp Energia a baissé de 0,54% à 11,88 euros.

Parmi les perdants figurait également le groupe de grande distribution Jeronimo Martins (-3,33% à 15,07 euros).

A l'inverse, la banque BCP a progressé de 2,35% à 1,18 euro, tandis que sa concurrente BPI a grignoté 0,09% à 1,13 euro.

L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a baissé de 1,35% à 3.491,05 points.

Le groupe postal belge bpost a affiché la plus piètre performance: -8,14% à 21,40 euros.

Seules huit valeurs vedettes ont fini dans le vert, dont l'assureur Ageas (+4,50% à 34,03 euros).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant