Les Bourses européennes repartent à la hausse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES REPARTENT À LA HAUSSE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES REPARTENT À LA HAUSSE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont reparties à la hausse à la mi-séance, après s'être retournées en fin de matinée, au cours d'une séance volatile. L'après-midi sera marquée par de grands rendez-vous avec la conférence de presse du président de la Banque centrale européenne (BCE) en Slovénie et la réunion de la Banque d'Angleterre.

A la mi-séance, le CAC 40 parisien affichait une hausse de 0,16% à 3.411,54 points, le Dax à Francfort prenait 0,1% et le FTSE à Londres 0,2%.

Selon les analystes, la BoE ne devrait cependant pas annoncer une modification de ses taux, tout comme la BCE, qui devrait en outre rappeler ce que avait déjà été dit le mois dernier concernant le programme de rachats de dette souveraine.

Lors de sa conférence de presse prévue à 12h30 GMT, Mario Draghi pourrait évoquer le cas de l'Espagne, qui rechigne toujours à demander une aide internationale, et celui de la Grèce alors que la perspective de voir le pays parvenir à un accord avec ses créanciers internationaux avant une réunion des ministres de la zone euro la semaine prochaine semblait s'éloigner mercredi.

A la hausse, l'action Safran (+3,65%) s'inscrit une nouvelle fois en forte hausse à la Bourse de Paris, le projet de rapprochement entre EADS et BAE Systems alimentant le rebond technique de la valeur.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,28% à 0,58%.

L'euro a affiché un plus haut de deux semaines contre la livre sterling, le yen et le franc suisse, même si la prudence reste de mise chez les investisseurs avant l'annonce des résultats de la réunion de la BCE. Le billet vert reste sous pression face à l'euro, les investisseurs hésitants à prendre des positions longues sur le dollar avant la publication très attendue des chiffres de l'emploi américain vendredi.

Sur le marché des taux, la France et l'Espagne ont procédé dans la matinée à des adjudications obligataires sans accroc et des taux de rendement parfois en très nette baisse, ce qui, dans le cas de l'Espagne, traduit l'espoir des intervenants de la voir solliciter une aide internationale pour soulager le service de sa dette. Madrid a placé du papier à deux, trois et cinq ans à hauteur de près de quatre milliards d'euros, soit à peu près l'objectif maximal que s'était fixé le Trésor.

La France a pour sa part émis 7,97 milliards d'euros de dette à moyen et long termes sans souci, ce qui correspond pratiquement au jalon le plus haut de la fourchette indicative donnée par l'Agence France Trésor (AFT).

L'or poursuit sa hausse et les cours du Brent ont pris plus d'un dollar, dépassant désormais des 109 dollars le baril. Le marché bénéficie des tensions entre la Syrie et la Turquie qui pourraient compromettre les approvisionnements de pétrole en provenance du Moyen-Orient. Le pétrole est également soutenu par un regain d'intérêt pour les actifs plus risqués, les indicateurs américains encourageants de la veille rassurant les investisseurs.

Catherine Monin pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant