Les Bourses européennes repartent à la hausse à la mi-séance

le
0

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont reparties en hausse jeudi à mi-séance après une matinée hésitante, et Wall Street devrait également rebondir, de bons chiffres du commerce chinois ayant apaisé les inquiétudes concernant la croissance mondiale.

Une hausse plus forte que prévu des exportations chinoises laissent entrevoir l'espoir d'une stabilisation de la croissance de la deuxième puissance économique mondiale, après une phase de ralentissement qui a conduit le gouvernement à intervenir pour soutenir l'activité.

Cette bonne surprise sur la Chine a momentanément relégué les craintes que la Réserve fédérale ne commence rapidement à limiter son soutien à la croissance qui avait largement contribué au récent rally des marchés, notamment émergents.

"De nombreux actifs à risque ont été orientés à la baisse ces dernières semaines et je crois que certains personnes se disent que ces données chinoises sont une opportunité d'achat", dit Angus Campbell, analyste chez FXPro.

À Paris, l'indice CAC 40 progresse de 0,75% à 4.068,13 points vers 11h GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,86% et à Londres, le FTSE prend 0,5%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 gagne 0,8%, soutenu surtout par les valeurs minières et métallurgiques (+2%).

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,25% à 0,39%, après quatre séances de baisse d'affilée.

Une augmentation des exportations allemandes en juin, après de bonnes surprises au niveau les commandes à l'industrie et de la production manufacturière, conforte également le sentiment positif.

Aux valeurs, Commerzbank bondit de près de 12%, le marché commençant à croire dans la capacité de la deuxième banque allemande à se redresser.

Nestlé perd 2,4% après avoir annoncé une croissance organique de 4,1% au premier semestre, inférieure aux attentes, le groupe agroalimentaire suisse souffrant toujours de l'érosion des prix en Europe.

Les résultats décevants de Nestlé pèsent sur ses deux concurrents - Danone (-0,5%) et Unilever (-0,15%) - qui évoluent contre la tendance.

Au contraire, Deutsche Telekom prend 6,8%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, le marché saluant l'annonce d'une augmentation des dépenses de marketing de l'opérateur télécoms aux Etats-Unis.

Le dollar a touché un plus bas de sept semaines dans l'incertitude persistante sur le calendrier de démantèlement progressif du programme de soutien à la croissance de la Réserve fédérale américaine, tandis que le dollar australien a le vent en poupe en réaction aux bons chiffres chinois.

Le baril de Brent est retombé en fin de matinée sous les 107 dollars, les bonnes statistiques du commerce extérieur chinois n'ayant pas réussi à détourner durablement les intervenants de leurs craintes que la Fed ne se décide rapidement à limiter ses rachats d'actifs destinés à soutenir la croissance.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant