Les Bourses européennes reculent nettement à la mi-séance

le
5
NET RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE
NET RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes reculent nettement lundi à la mi-séance et Wall Street est également attendue en baisse marquée à l'ouverture, les investisseurs paniquant avec la chute de près de 9% des marchés chinois.

En l'absence de nouvelles mesures de soutien aux marchés de la part des autorités chinoises ce week-end après le plongeon de 11% de la semaine dernière, les places financières chinoises ont enregistré lundi leur plus net recul en une séance depuis 2007, effaçant le peu qu'il restait de leurs spectaculaires gains de la première partie de l'année.

Vers 13h00, l'indice CAC 40 chute de 3,06% (141,58 points) à 4.489,1 points à Paris, le DAX abandonne 3,02% à Francfort et le FTSE cède 2,87% à Londres. Il s'agit du dixième jour consécutif de baisse de ce dernier indice, sa pire série depuis 2003.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 diminue de 3,4%, effaçant près de 260 milliards d'euros et portant ses pertes depuis le début du mois à 1.000 milliards d'euros.

L'EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 3,12%.

"C'est une macro panique induite par la Chine", observe Didier Duret, d'ABN Amro. "La volatilité persistera jusqu'à la publication de meilleurs indicateurs ou d'une action politique forte par le biais d'un assouplissement monétaire énergique."

La Bourse d'Athènes cède 5,3%, alors que le vide du pouvoir se prolonge après la démission jeudi du Premier ministre Alexis Tsipras.

Aux valeurs, aucune des composantes du CAC 40, de l'EuroStoxx 50 ni du FTSEurofirst 300 n'évolue dans le vert.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en net recul également, alors que les marchés américains avaient déjà perdu plus de 3% vendredi.

Les valeurs refuge profitent de ce contexte incertain. Le rendement des obligations allemandes à dix ans a touché en matinée un plus bas depuis le 1er juin, alors que celui des obligations du Trésor américain de même échéance était passé dans la nuit sous le seuil de 2%, à un plus bas de quatre mois,

Cela pèse sur le dollar, qui cède du terrain face à un panier de devises de référence. Le billet vert pâtit également d'une baisse des anticipations d'un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale dès septembre en raison des inquiétudes sur la croissance mondiale.

L'euro a de son côté touché un plus haut de six mois et demi à 1,1496 dollar.

Les matières premières pâtissent également des inquiétudes persistantes sur le ralentissement de l'économie chinoise et son impact potentiel sur la croissance mondiale. Les cours du Brent de la mer du Nord et du brut américain ont touché des plus bas de six ans et demi et enfoncé leur support de 45 dollars et 40 dollars.

Sur le marché londonien des métaux, les contrats à trois mois sur le cuivre, le nickel et l'aluminium ont inscrit des plus bas depuis 2009.

(Marc Jones, Alistair Smout, Pete Sweeney et Samuel Shen; Myriam Rivet pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gacher le lundi 24 aout 2015 à 13:48

    c'est surtout un jeu de qu'on ou on casse les marchés sous un prétexte bidon. Les banksters sont très fort pour détruire et se servir

  • klein44 le lundi 24 aout 2015 à 13:39

    eh oui - nous faisons déjà partie de la Chine -

  • SM7 le lundi 24 aout 2015 à 13:36

    C'est pas Madoff (Bernie) par hasard ?

  • pylenoir le lundi 24 aout 2015 à 13:30

    acheter au son du canon, vendre au son du clairon ... voyons qui disait cela ?

  • SM7 le lundi 24 aout 2015 à 13:22

    C'est le moment de shorter à donf !