Les Bourses européennes reculent à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes reculent à mi-séance et Wall Street est attendue en baisse après des indicateurs inférieurs aux attentes en provenance d'Asie, la dégradation de la note souveraine italienne et un nouveau recul des cours du pétrole.

À Paris, le CAC 40 perd 0,68% à 4.389,40 points vers 11h35 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,51% et à Londres, le FTSE abandonne 0,77%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 accuse un repli de 0,43% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,58%.

A Milan, la baisse est de 0,34% après la révision de la note souveraine italienne à BBB- par Standard & Poor's vendredi, qui ramène Rome un échelon seulement au-dessus de la catégorie spéculative ("junk").

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli d'environ 0,2%.

Les importations chinoises ont subi une baisse inattendue le mois dernier et les exportations ont progressé moins qu'attendu, tandis que le produit intérieur brut (PIB) japonais du troisième trimestre a été révisé en baisse, affichant une contraction plus marquée encore qu'estimé initialement. et

Les statistiques chinoises entretiennent toutefois l'espoir de nouvelles mesures de soutien à l'activité, ce qui a permis à la Bourse de Shanghai de gagner 4,1%.

Mais les indicateurs asiatiques occultent en partie l'impact bénéfique des chiffres solides de l'emploi américain publiés vendredi.

"L'euphorie liée à l'emploi américain vendredi se dissipe, on assiste à quelques prises de bénéfice", commente Pierre Martin, trader de Saxo Bank. "La dégradation de l'Italie est un bon rappel à l'ordre sur le fait que l'Europe est loin d'être sortie d'affaire."

Aux valeurs, Saint-Gobain perd plus de 5,5%, la plus forte baisse du CAC 40 et de l'EuroFirst 300, après l'annonce d'un projet d'acquisition de la holding Schenker Winkler pour 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d'euros) afin de prendre le contrôle du chimiste suisse Sika, qui s'est déclaré hostile à l'opération.

Sur le marché des changes, le dollar poursuit sa hausse, l'euro revenant sous 1,2265, et l'appréciation du billet vert continue d'alimenter la baisse du pétrole: le Brent évolue au plus bas depuis cinq ans, sous 67,50 dollars, tandis que le brut léger américain est revenu sous 65 dollars.

(John Geddie, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant