Les Bourses européennes reculent à la mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes reculent mardi à la mi-séance pour la première fois en quatre jours, plombées par les secteurs minier et de l'énergie, et après une enquête positive sur le crédit en zone euro qui limite les anticipations de nouvelles mesures de soutien à l'économie de la Banque centrale européenne.

À Paris, le CAC 40 perd 0,78% à 4.667,57 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,33% et, à Londres, le FTSE abandonne 0,32%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,64% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,65%. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,3 à 0,35%.

Les conditions de crédit aux entreprises en zone euro se sont assouplies plus nettement que prévu au troisième trimestre, les banques, inondées de liquidités par BCE, s'étant livrées à une concurrence active pour séduire les emprunteurs, selon l'enquête trimestrielle publiée mardi. Ce résultat refroidit les attentes d'une accélération des rachats d'actifs lors de sa réunion de politique monétaire de la BCE prévue jeudi.

Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer a estimé lundi que le calibrage actuel du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE était le bon et n'avait pas besoin d'être ajusté.

"Les commentaires de Noyer sont importants", dit un trader à Londres. "Il semble bien qu'il tente d'éloigner le marché de l'idée qu'il va y avoir une nouvelle annonce d'assouplissement quantitatif (rachat d'actifs)".

Toutes les voix ne vont pas dans le même sens: le gouverneur de la Banque d'Espagne Luis Maria Linde a souligné pour sa part que la BCE pourrait amplifier ou modifier son programme d'assouplissement quantitatif (QE) destiné à relancer l'inflation et la croissance dans la zone euro.

Les télécoms restent en tête des hausses en Europe, le belge Mobistar (+5%) ayant relevé son objectif 2015, alors que les ressources de base (-2%) et l'énergie (-1,88%) accusent les plus nets reculs, affectés pour la deuxième séance d'affilée par le ralentissement en Chine, notamment de la production industrielle. A Paris, ArcelorMittal abandonne encore 2,76% après une perte de 3% lundi.

De même, Saint-Gobain perd 3,4%, plus net recul du CAC, pénalisée par une note d'UBS mettant en garde contre certains risques.

A contrario, Actelion s'adjuge 3,2%. Le groupe suisse a relevé ses prévisions de résultats pour l'année au vu des ventes meilleures qu'attendu d'un nouveau traitement contre l'hypertension artérielle pulmonaire.

Le baril de pétrole et les cours des métaux se stabilisent, grâce notamment à la baisse du dollar, après un tout début de semaine difficile.

Le dollar canadien se stabilisé à 1,3020 pour un dollar après avoir perdu près de 1% à la suite de la victoire du Parti libéral.

(Avec Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • saferien le mardi 20 oct 2015 à 14:55

    ouin ouin...la finance va a contre sens de tout...