Les Bourses européennes reculent à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À LA MI-SÉANCE

(Reuters) - Les Bourses européennes reculent lundi à la mi-séance, le secteur de l'énergie souffrant de la baisse des prix du pétrole tandis que la présidentielle américaine suscite de nouveau le doute chez les investisseurs.

À Paris, le CAC 40 perd 0,74% à 4.515,09 points à 11h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,32% et à Londres, le FTSE abandonne 0,46%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 0,44%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,55% et le Stoxx 600 0,47%. Ce dernier s'achemine vers sa sixième clôture consécutive dans le rouge.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse, grâce entre autres à l'actualité des fusions-acquisitions avec l'annonce du rapprochement de la division pétrole-gaz de General Electric avec Baker Hughes et celle du rachat de Level 3 par CenturyLink.

En Europe, cette actualité profite en premier lieu au groupe suisse de chimie de la construction Sika, qui s'envole de plus de 14% après une décision de justice favorable aux opposants à l'offre de prise de contrôle de Saint-Gobain, ce qui pourrait amener celui-ci à faire des concessions. Saint-Gobain abandonne 0,72%.

A la baisse, le compartiment du pétrole et du gaz, en recul de 1,25% pâtit de la baisse continue des cours du pétrole en l'absence d'avancées concrètes sur l'accord d'encadrement de la production négocié par l'Opep. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonne 0,6% à 48,41 dollars le baril, le Brent 0,74% à 49,34 dollars.

Eni (-1,48%) et Total (-1,13%) figurent parmi les plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50.

Sur le marché des changes, le dollar reprend des couleurs après la chute provoquée vendredi par l'annonce de nouvelles investigations du FBI dans le dossier à rebondissements des courriers électroniques d'Hillary Clinton.

Le billet vert s'adjuge 0,26% face à un panier de référence et l'euro recule sous 1,0950 dollar.

"L'histoire Clinton a bien sûr eu un impact", commente Richard Benson, responsable de la gestion de portefeuille de Millennium Global à Londres. "Les sondages sont désormais à 50-50 mais la probabilité reste largement favorable à Clinton au vu de la répartition des votes (par Etat). Reste à savoir si certains vont réduire leur exposition au risque avant l'élection."

Sur le marché obligataire, les rendements des obligations d'Etat allemandes, références pour la zone euro, se replient légèrement mais restent en passe d'inscrire sur l'ensemble du mois d'octobre leur plus forte hausse mensuelle depuis 2013.

Pour les rendements des Treasuries, le mois qui s'achève devrait être le meilleur depuis février 2015.

La semaine qui débute sera animée entre autres par les réunions de politique monétaire de la Banque du Japon, de la Réserve fédérale américaine et de la Banque d'Angleterre, en attendant les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis vendredi.

(Marc Jones; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant