Les Bourses européennes rebondissent à l'ouverture

le
0

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes rebondissent à l'ouverture mardi, dans le sillage de Wall Street où le mauvais indice ISM manufacturier de mai a apaisé les craintes d'un changement de cap rapide de la Réserve fédérale.

À Paris, le CAC 40 reprend 37,75 points ou 0,96% à 3.958,42 points, effaçant son recul de 0,72% de la veille. La Bourse de Francfort regagne de même 1,07% et la Bourse de Londres 0,68%.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 s'octroie 1,06% et le FTSE EuroFirst 300 remonte de 0,66% après une baisse de 3% en quatre séances.

A Wall Street, le S&P-500 a repris lundi 0,59% et le Dow Jones 0,92% en réaction à l'indice ISM, qui a montré une première contraction de l'activité manufacturière depuis six mois.

La Bourse de Tokyo, en baisse de 3,72% lundi, a de son côté rebondi de 2,05%.

Les financières et le secteur automobile mènent la hausse mais c'est le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics (+4,21%) qui signe la meilleure performance de l'EuroFirst 300 en réaction à des prévisions optimistes dévoilées par son PDG Carlo Bozotti dans une interview au Figaro.

Aux banques, Société générale s'adjuge 2,66%, la meilleure performance de l'EuroStoxx 50, après des commentaires positifs de Goldman Sachs qui recommande le titre à l'achat. BNP Paribas, Deutsche Bank, Intesa SaoPaolo et UniCredit comptent également parmi les dix plus fortes hausses de l'indice des vedettes de la zone euro.

Dans le secteur automobile, Renault reprend 1,61% et BMW 1,60%, tandis que Fiat ajoute 2,06% aux 3,27% gagnés lundi.

Aux assurances, Scor s'adjuge 1,81% après l'annonce du rachat de la filiale de réassurance vie de Generali aux Etats-Unis, qui lui permet de devenir numéro un sur ce marché. Generali gagne 1,39% à Milan après ce désengagement attendu.

Après les baisses des dernières séances, les intervenants s'attendent toutefois à ce que la tendance reste fragile au moins jusqu'à la publication, vendredi, des chiffres de l'emploi américain qui permettront peut-être de se faire une idée plus précise des intentions de la Réserve fédérale.

Le devenir incertain du programme d'assouplissement quantitatif de la Fed, qui actuellement rachète des obligations et titres hypothécaires au rythme de 85 milliards de dollars par mois, continue de dominer les préoccupations et chaque indicateur américain est analysé à cette aune.

Sur le marché des changes, le dollar se stabilise face à l'euro après son net recul de la veille et il regagne du terrain contre le yen, à 100,35 yens (+0,83%) en début de séance européenne.

Par un habituel mouvement de balancier, le rebond des actions et le regain d'appétit pour le risque font reculer les obligations d'Etat allemandes à l'ouverture mais les traders s'attendent à une poursuite de la volatilité jusqu'à la statistique américaine de vendredi.

"On va monter et descendre au gré des variations de la Bourse, il y aura aussi peut-être un peu de nervosité jeudi avant la réunion de la BCE mais la baisse devrait dans l'ensemble rester contenue jusqu'à la publication des créations d'emplois aux Etats-Unis", dit l'un.

Du côté des matières premières, l'once d'or se replie de 0,4% après sa hausse de lundi mais reste au-dessus des 1.400 dollars, à 1.406.

Les cours du pétrole sont stables, à 102,05 dollars pour le baril de Brent, après leur hausse de plus de 1% la veille.

Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant