Les Bourses européennes prudentes à l'ouverture

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT SUR UNE NOTE PRUDENTE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT SUR UNE NOTE PRUDENTE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note prudente lundi au début d'une nouvelle semaine cruciale pour l'avenir de la zone euro, sur fond d'inquiétudes pour la conjoncture mondiale.

À Paris, le CAC 40 gagnait 0,04% à 3.520,35 points vers 7h30 GMT. À Francfort, le Dax progressait de 0,08% et à Londres, le FTSE prenait 0,02%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 cédait en revanche -0,13%.

Aux valeurs, les minières sont recherchées, les investisseurs pariant sur de nouvelles mesures de soutien en Chine et aux Etats-Unis. Le secteur des produits de base signe ainsi la plus forte hausse sectorielle (+0,95%), dans le sillage notamment de Xstrata (+3,3%) après le rejet par le fonds activiste Knight Vinke de l'OPA améliorée de Glencore.

"En écartant le risque d'un effondrement immédiat, le président de la BCE Mario Draghi a permis aux investisseurs de détourner les yeux du Sud de l'Europe pour le moment, et de se demander si les sociétés sont bien placées pour retrouver la croissance tout en regardant les fondamentaux pour prendre des décisions en termes d'investissements", estime Jerry Webman, chef économiste chez Oppenheimer Funds.

Après l'euphorie suscitée par le plan d'achat d'obligations de la Banque centrale européenne (BCE), la zone euro passera un nouveau test mercredi à Karlsruhe, où la Cour constitutionnelle allemande doit s'exprimer sur la légalité du nouveau fonds de sauvetage permanent de l'Union européenne, le Mécanisme européen de stabilité (MES).

La Grèce reviendra sur le devant la scène en fin de semaine, lors de la réunion de l'Ecofin et de l'Eurogroupe à Nicosie - même si aucune décision sur le déblocage ou non d'une nouvelle tranche d'aide à Athènes n'est prévue avant le rapport de la mission d'inspection de la "troïka" des créanciers internationaux, début octobre.

Entre temps, la Réserve fédérale américaine pourrait avoir annoncé des mesures de soutien à l'économie à l'issue de sa réunion de politique monétaire mercredi et jeudi, les investisseurs pariant sur un nouvel assouplissement monétaire (QE) après les chiffres de l'emploi décevants publiés vendredi.

Cette perspective de QE aux Etats-Unis soutient l'euro et le yen face au billet vert, même si la monnaie unique recule un peu en ce début de journée pour revenir autour de 1,2790 dollar, soit 20 cents de moins que son plus haut cours de la nuit.

Sur le marché obligataire, les taux de rendement des dettes de l'Espagne et de l'Italie se sont fortement détendus en fin de semaine dernière, retombant pour le papier espagnol à dix ans en-dessous de 6% pour la première fois depuis mai. Il remontait légèrement à 5,61% ce lundi à 7h30 GMT.

Mais en s'éloignant du seuil de 7% au-delà duquel la Grèce ou l'Irlande ont dû se résoudre à demander un plan de sauvetage, cette baisse des rendements pourrait paradoxalement constituer un obstacle à l'efficacité du plan d'achat d'obligations dévoilé par la BCE, celui-ci étant conditionné à une demande d'aide formelle de la part des Etats.

"Le problème, c'est qu'avant que la BCE intervienne, il faut solliciter une aide et que cela n'arrivera que quand des pays comme l'Espagne ou l'Italie seront proches de perdre l'accès aux marchés (pour refinancer leur dette)", note Gianluca Ziglio, stratège chez UBS.

Certains analystes pensent donc que les marchés devront faire remonter la pression sur les pays "périphériques" dans les semaines qui viennent pour les convaincre d'accomplir leur part du contrat. et

Les cours du pétrole restent orientés à la hausse, à près de 114,70 dollars le baril pour le Brent et autour de 96,30 dollars pour le brut léger américain.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant