Les Bourses européennes progressent légèrement vendredi à mi-séance

le
0
HAUSSE TIMIDE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-JOURNÉE
HAUSSE TIMIDE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-JOURNÉE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes progressent légèrement vendredi à mi-séance, à de nouveaux records de cinq ans et demi mais restent fragiles après des résultats décevants publiés aux Etats-Unis la veille et de mauvaises nouvelles concernant des poids lourds de la cote européenne tels que Shell et Essilor.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,23% à 4.329,25 points vers 13h15. À Francfort, le Dax prend 0,41% et à Londres, le FTSE 0,17%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,23%.

"Les investisseurs regardent surtout les résultats après de nombreuses publications décevantes hier soir. On spécule beaucoup sur les débuts d'une correction (mais) je pense que le sentiment de fond est positif", dit Neil Marsh, responsable de la stratégie d'investissement chez Newedge.

La perspective d'une hausse de la Bourse sur l'ensemble de l'année dissimule mal une multiplication des paris sur une correction au premier trimestre, concrétisés par des positions d'arbitragre sur le marché des options.

Aux valeurs, le groupe pétrolier Royal Dutch Shell perd 2,37% après avoir averti que ses résultats du quatrième trimestre devraient être nettement inférieurs à ses récents niveaux de rentabilité en raison des prix du pétrole et du gaz et de problèmes dans le raffinage et la distribution.

Essilor perd 3,12%, plus forte baisse du CAC 40 et du l'EuroStoxx 50, après avoir enregistré en 2013 une croissance organique de ses ventes inférieure à ses prévisions, une contre-performance que le numéro un mondial de l'optique ophtalmique impute à une vive concurrence et à une conjoncture difficile sur certains marchés.

A Francfort, le fabricant de téléviseurs Loewe bondit de 21,7% après avoir annoncé que certains de ses actifs seraient repris par un groupe d'investisseurs comprenant des anciens responsables d'Apple et de Bang & Olufsen.

Le marché obligataire de la zone euro marque une pause à l'approche d'une troisième semaine de baisse des rendements sur les dettes espagnole et portugaise. Le rendement portugais se maintient près de son plus bas de 3 ans et demi autour de 5,13%, après que Standard & Poor's a confirmé la note BB de la dette du pays à la suite d'un examen qui aurait pu aboutir à un déclassement. Mais l'agence garde une perspective négative pour cette note qui se situe deux crans au-dessous de la catégorie d'investissement.

"Ce sera une pause temporaire", estime Philip Tyson d'ICAP. "Je ne m'attends pas à ce que cela dure. Le sentiment en périphérie (de la zone euro) est bon."

Le dollar reste stable face au yen et à l'euro en attendant une nouvelle série d'indicateurs économiques américains cet après-midi, à savoir les mises en chantier, la production industrielle et l'indice Reuters-Michigan.

La livre sterling grimpe après l'annonce d'une forte croissance des ventes des petites surfaces en décembre, qui a permis aux distributeurs britanniques d'enregistrer une hausse annuelle sans précédent depuis plus de neuf ans, alors que les grandes surfaces elles sont plus en demi-teinte.

Sur le marché du pétrole, le Brent se reprend vers les 106 dollars le baril dans un climat d'incertitude concernant l'offre en provenance de Libye.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant