Les Bourses européennes progressent à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES CONFIRMENT LEUR PROGRESSION À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES CONFIRMENT LEUR PROGRESSION À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes accroissent leur avance mercredi à mi-séance, entraînées par Wall Street où les futures annoncent une nouvelle progression à l'ouverture après les records atteints la veille par le Dow Jones et le S&P-500.

Les marchés sont aussi soutenus par l'annonce d'une hausse de 14,1% des importations de la Chine en mars par rapport au même mois de 2012 - un chiffre inattendu qui conforte les espoirs de reprise de la demande intérieure dans la deuxième économie mondiale.

"La hausse des importations est un signe de vigueur de la consommation en Chine, c'est ce que le marché veut voir", note Loan Smith, chez Knight Capital à Londres.

Vers 10h15 GMT, le CAC 40 parisien gagne 1,19% à 3.714,52 points et le Dax allemand 1,24% à 7.732,01. La Bourse de Londres avance de 0,69% et le marché suisse de 0,90%, tandis que Madrid et Milan surperforment avec des gains respectifs de 2,15% et 1,45%.

L'indice paneuropéen FTSE EuroFirst 300 progresse de 0,99% et l'EuroStoxx 50 s'adjuge près de 1,5%.

A New York, les futures sur indices laissent entrevoir une ouverture en hausse d'environ 0,3% pour le S&P-500.

"Je ne vois pas l'Europe virer agressivement à la baisse tant que les marchés boursiers américains resteront bien orientés", commente Lynnden Banigan, analyste chez Barclays Capital à Londres, au lendemain des nouveaux sommets atteints à Wall Street. "Mais une fois que New York commencera à se retourner, il faudra s'attendre à un mouvement similaire en Europe."

Les financières tirent le marché à la hausse à l'image de Société Générale (+4,95%), plus forte hausse de l'Eurofirst 300, ou de Crédit Agricole, KBC et Barclays qui gagnent autour de 4%.

Les intervenants évoquent tout à la fois les retombées positives de la politique monétaire ultra-accommodante du Japon, la prolongation probable de la durée des prêts accordés par l'Union européenne à l'Irlande et au Portugal et le bon déroulement, mardi, d'une émission obligataire de 8,0 milliards d'euros du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Les sociétés de services aux collectivités se distinguent également, aidées par des commentaires favorables d'analystes, comme c'est le cas aussi pour Air France-KLM qui s'adjuge 7%.

EasyJet (+4,3%) n'est pas en reste, Citigroup étant passé de neutre à achat sur le titre de la compagnie aérienne low-cost.

Sur le marché des changes, le yen recule de 0,4% face à l'euro, à 129,68, après avoir touché des plus bas depuis janvier 2010 au-dessus de 130. La devise japonaise, qui poursuit sa glissade après l'annonce, jeudi dernier, des mesures ultra-accommodantes de la Banque du Japon pour relancer l'économie et mettre fin à la déflation, cède aussi 0,26% face au dollar à 99,39, son plus bas niveau depuis le 8 mars, se rapprochant du seuil psychologique des 100.

Dans la foulée, l'euro/dollar s'apprécie de 0,11% à 1,3097, au plus haut depuis le 8 mars.

La baisse des rendements obligataires japonais alimente des spéculations sur des achats de dette européenne par les investisseurs nippons en quête de meilleurs retours. Les fonds d'Etat français, néerlandais, autrichiens et belges en ont profité ces derniers jours, tout comme l'euro.

"On parle beaucoup des investisseurs japonais qui se tournent vers les marchés étrangers, mais on imagine mal qu'ils aillent jusqu'à acheter de la dette espagnole ou italienne", relève Kyosuke Suzuki, responsable changes à la Société générale. "De même, il est peu probable qu'ils achètent des Bunds à cause de leur rendement très faible".

Le future sur le Bund abandonne 0,3% à 145,38 points vers 10h15 GMT.

Les intervenants attendent le compte rendu de la réunion de mars de la Réserve fédérale, publié à 18h00 GMT, à l'affût d'indices sur la politique monétaire américaine.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent se replie de 0,19% à 106,03 dollars.

Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant