Les Bourses européennes poursuivent leur rebond à la mi-séance

le
1
HAUSSE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE
HAUSSE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes poursuivent leur rebond mardi à mi-séance, comme les actions russes et le rouble, le renvoi des troupes russes dans leurs casernes par le président Vladimir Poutine étant vu comme une volonté de Moscou d'apaiser les tensions avec les pays occidentaux dans la crise ukrainienne.

Les actifs russes ont repris des couleurs après leur plongeon de la veille tandis que le pétrole et les valeurs refuge comme l'or et le yen sont retombés à la suite de l'ordre donné dans la matinée aux soldats russes qui étaient engagés dans des manoeuvres militaires de retourner dans leurs casernes.

Lors d'une conférence de presse, Vladimir Poutine est sorti de son silence pour affirmer que l'emploi de la force contre l'Ukraine constituait une décision de dernier recours, tout en disant que la Russie se réservait le droit de recourir à toutes les options disponibles.

À Paris, l'indice CAC 40, dont tous les composants sont en hausse, progresse de 2,3% à 4.389,56 points vers 11h50 GMT après avoir perdu 2,66% la veille. À Francfort, le Dax reprend 2,07% après une perte de 3,44% et à Londres, le FTSE regagne 1,52%, rattrapant ses pertes de lundi (-1,49%). L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 - dont toutes les valeurs sont également dans le vert à mi-séance - rebondit de 2,27% après avoir perdu plus de 3% la veille en clôture.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de plus de 1% des trois grands indices à Wall Street.

"Nous sommes encore devant une situation très inquiétante, mais elle semble se calmer un peu. C'est ce qui explique la petite reprise", dit Scott Meech, co-responsable des actions chez Union Bancaire Privée (UBP).

La tendance en Europe est également soutenue par les anticipations d'un nouvel assouplissement des conditions de crédit par la Banque centrale européenne après des déclarations de son président Mario Draghi la veille qui a affirmé que l'inflation en zone euro était "nettement inférieure" à son objectif de 2% et le resterait longtemps.

A Moscou, la Bourse reprend une bonne partie de ses lourdes pertes de la veille provoquées par les craintes d'une crise internationale autour du conflit russo-ukrainien. L'indice libellé en roubles reprend 5,29% et l'indice RTS libellé en dollars rebondit de 6,13% après avoir chuté de, respectivement, 10,8% et 12%, lundi dans un accès de panique.

L'indice des marchés émergents reprend 0,5% à mi-séance alors que les marchés d'Asie-Pacifique hors Japon sont en hausse de 0,2%.

En Europe, tous les secteurs sont dans le vert, menés par l'automobile (+2,42%) - avec aussi le soutien du Salon auto de Genève - et les bancaires (+2,18%), qui avaient le plus souffert de l'escalade des tensions entre la Russie et l'Ukraine lundi. La chimie aussi prend 2,4%.

Parallèlement, l'euro se maintient près de ses plus hauts niveaux du jour contre le dollar, en hausse de 0,23% à plus de 1,3765 dollar, la devise américaine retombant également un peu face à un panier de devises de référence après avoir profité lundi de la quête de sécurité des investisseurs.

Le yen, très recherché lundi comme valeur refuge, retombe de 0,4% face au dollar et de 0,65% face à l'euro.

L'or, en baisse de 0,9% à 1.338 dollars l'once, abandonne également une partie de ses gains de lundi, alors que les futures sur Bunds perdent 39 ticks après avoir profité, eux aussi, de leur statut de valeur refuge la veille.

Sur le marché du pétrole, dopé la veille par la crainte d'une suspension des livraisons russes, les futures sur Brent et brut léger américain perdent 1,43 à 1,80 dollar en réaction aux signes d'une volonté d'apaisement de la Russie.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NORDGHAZ le mardi 4 mar 2014 à 13:42

    le chomage, les boites qui coulent, les resultats maquillés en berne, les guerres n'arrivent plus à arrter la montée des indices. et quand tout va bien c'est la chute verticale ! bravo aux manipulateurs...