Les Bourses européennes plongent de 2 à 3% vers la mi-séance

le
4
PLONGEON DES BOURSES EUROPÉENNES VERS LA MI-SÉANCE
PLONGEON DES BOURSES EUROPÉENNES VERS LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes plongeaient de 2% à 3% mardi vers la mi-séance, sous le coup du nouvel effondrement de l'action Volkswagen en particulier et du secteur automobile dans son ensemble mais aussi de la chute du compartiment des matières premières, plombé par le reflux des cours du cuivre.

Wall Street, qui comme les places européennes avait regagné lundi un peu du terrain perdu vendredi dans la foulée de la décision de la Réserve fédérale de laisser ses taux d'intérêt inchangés, était également indiquée en net repli alors que la journée avait plutôt commencé sur une note positive avec les gains affichés par les marchés actions asiatiques.

À Paris, le CAC 40 perd 2,77% (-127,19 points) à 4.458,31 points vers 13h00. À Francfort, le Dax abandonne 2,5% et, à Londres, le FTSE lâche 1,94%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 2,37% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 2,59%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une baisse, allant de 1,4% à 1,8%, à l'ouverture de Wall Street.

Le titre Volkswagen, qui a déjà perdu 18,6% lundi à la suite d'accusations de tromperie visant le groupe aux Etats-Unis, abandonne encore quelque 20% après que le constructeur a dit que le logiciel accusé de fausser les résultats des tests anti-pollution équipait 11 millions de véhicules dans le monde.

Il a également annoncé qu'il allait revoir ses objectifs de résultats 2015 après de nouvelles provisions de 6,5 milliards d'euros pour couvrir le coût du scandale.

Tous les constructeurs automobiles européens chutent dans le sillage de Volkswagen, avec notamment des reculs de 8,7% du titre PSA, de 6,4% de l'action Fiat Chrysler et de 6,9% de l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes, plus forte baisse sectorielle.

Derrière l'automobile, le compartiment des matières premières (-4,5%) accuse la deuxième plus forte baisse, avec notamment des replis de 8,9% de l'action Glencore et de 7% du titre Anglo American dans le sillage du recul de 2,7% des cours du cuivre.

Le recul du prix de métal rouge et de nombre d'autres matières premières s'explique par les incertitudes entourant la conjoncture chinoise.

Selon certains intervenants, on pourrait assister à un rebond des cours des matières premières, et des actifs financiers qui leur sont liés, si jamais l'indice PMI manufacturier chinois, attendu mercredi, ressort à un niveau supérieur aux attentes.

Dans ce contexte de chute des marchés actions, les investisseurs se ruent sur les actifs jugés sûrs, obligations souveraines allemandes et américaines, franc suisse, dollar.

Le billet vert, qui avait pâti vendredi du statu quo de la Fed, bénéficie en outre des déclarations de plusieurs responsables de l'institut d'émission disant qu'ils anticipaient une hausse des taux d'intérêt avant la fin de 2015. Des propos qui contrastent avec des dires de responsables de la BCE suggérant que cette dernière était prête à assouplir sa politique monétaire encore davantage si nécessaire.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le mardi 22 sept 2015 à 13:49

    Quand vous mettez des rats dans une cage sans suffisamment de nourriture, ils se mangent entre eux. C'est ce qui nous arrive actuellement. Depuis que je suis né, il y a bien longtemps, il ne s'est pas passé une année sans qu'il y ait une guerre quelque part.

  • ger0725 le mardi 22 sept 2015 à 13:47

    Et dire que certains croient encore les journalistes !

  • M4577763 le mardi 22 sept 2015 à 13:39

    Tout semble fait pour freiner la croissance économique mondiale. Nos dirigeants agissent-ils de concert en ce sens ? Doit-on mettre en cause une démographie devenue globalement incontrôlable et dangereuse pour la survie de l'espèce ? Chaque être humain supplémentaire contribue au réchauffement climatique, par sa consommation de produits incorporant des rejets de co2 durant leur fabrication mais aussi tout simplement par ses expirations de co2.

  • mrscy le mardi 22 sept 2015 à 13:31

    et ça devait être une journée calme qu'il disait le journaliste