Les Bourses européennes plongent à l'ouverture avec la Grèce

le
1
PLONGEON DES BOURSES EUROPÉENNES À L'OUVERTURE
PLONGEON DES BOURSES EUROPÉENNES À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes plongent ce lundi à l'ouverture après la soudaine aggravation de la crise grecque au cours du week-end, qui confronte la zone euro au risque inédit de perdre l'un de ses membres.

À Paris, l'indice CAC 40 abandonne 3,96% à 4.858,64 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 3,78% et à Londres, le FTSE perd 2,07%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en recul de 4,06% et le FTSEurofirst 300 de 2,71%.

La Bourse d'Athènes est fermée sur décision du gouvernement d'Alexis Tsipras, qui a aussi instauré un contrôle des capitaux après l'échec des discussions entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro sur les moyens de fournir à Athènes les liquidités nécessaires au remboursement de 1,6 milliard d'euros dus au Fonds monétaire international (FMI) mardi.

Ce défaut de paiement risque de conduire la Grèce hors de la zone euro, laquelle plongera alors dans l'inconnu.

Tous les indices sectoriels reculent, notamment les banques (-4%).

L'euro faiblit face au dollar mais limite ses pertes à 0,77%, vers 1,1080 dollar.

Les obligations souveraines des pays de la zone euro aux finances jugées les moins solides subissent l'onde de choc de la crise grecque et l'écart de rendement entre les papiers à 10 ans italien, espagnol et portugais, d'une part, et le Bund allemand, d'autre part, se creuse nettement.

Les voyagistes comme TUI (-9%) ou Thomas Cook (-6,7%) pâtissent aussi de la crise grecque, à laquelle s'ajoutent les craintes sur l'activité touristique provoquée par l'attentat de vendredi à Sousse, en Tunisie.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • goufio2 le lundi 29 juin 2015 à 10:07

    Que va t'il se passer pour tous les responsables qui ont amené la Grèce dans l'UE et la zone euro, qui ont prêté sans discernement ces 325 milliards à un pays dont on savait qu'il ne pourrait jamais faire face à cette énormité de dettes? Et aussi à tous ceux qui en ont profité en Grèce? C'est une question d'u citoyen qui veut de la démocratie de la vraie démocratie...