Les Bourses européennes peu changées à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES STABLES À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES STABLES À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES, th13 (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent lundi à mi-séance autour de leur clôture de vendredi, prises en tenailles entre le recul de l'euro et la baisse inattendue des exportations chinoises.

La monnaie unique cède encore 0,7% à 1,0526 dollar, son plus bas niveau en près d'un mois. Le programme de rachats massifs d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE) engagé en mars continue à peser sur les rendements de la dette souveraine de la zone euro et donc sur la devise.

Les exportations chinoises ont chuté de 15% en mars et les importations ont également diminué, des chiffres qui ont surpris les marchés et ravivé les inquiétudes liées au ralentissement de la deuxième économie mondiale.

"L'économie (chinoise) basée sur les exportations est en cours de transformation structurelle et la plupart des efforts sont concentrés sur la consommation, et avec les chiffres publiés aujourd'hui, qui sont consternants, on se demande si le ralentissement mondial ne jette pas son ombre", dit Naeem Aslam, responsable de l'analyse de marché chez Ava Trade à Dublin.

À Paris, l'indice CAC 40 est stable (-0,01% à 5.240,66 points) vers 13h00. À Francfort, le Dax est également quasi-inchangé (-0,02%) et à Londres, le FTSE perd 0,47%, plombée par les minières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,17% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro est stable (+0,06%).

La Bourse d'Athènes reprend 1,06% malgré l'incertitude qui entoure les négociations sur la dette grecque.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street stable ou en baisse de l'ordre de 0,15%.

En Europe, l'indice des ressources de base (-0,76%) accuse la plus forte baisse sectorielle. Citigroup prédit que le cours du minerai de fer va chuter à 36 dollars la tonne au troisième trimestre et se maintenir sous les 40 dollars pour le reste de l'année en raison d'une augmentation de la production des grands groupes miniers sur fond de déclin de la demande chinoise. BHP Billiton perd 2,1%, plus net repli de l'EuroFirst 300, et ArcelorMittal 1,16%.

A Paris, Alcatel-Lucent (+3,8%) reste en tête du CAC, porté par des spéculations prêtant à Nokia (+2,84%) l'intention de vendre son activité cartographie et d'utiliser le produit de la cession pour acquérir la division réseaux mobiles du français.

Volkswagen, pris dans une crise de gouvernance, perd 1,4%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50.

Le groupe norvégien d'exploration pétrolière et gazière TGS chute de plus de 14% après avoir revu en baisse son objectif de chiffre d'affaires sur l'année et annoncé la réduction de 10% de ses effectifs.

Le Brent poursuit sa hausse et se traite au-dessus des 58 dollars le baril.

(Avec Blaise Robinson, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant