Les Bourses européennes peu changées à la mi-journée

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RELATIVEMENT STABLES À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES RELATIVEMENT STABLES À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes se stabilisent autour de pics pluriannuels jeudi à mi-séance, soutenues par quelques bons résultats et des anticipations de baisse des taux en Europe et autres mesures de soutien, renforcées par la faiblesse de la croissance en zone euro.

Malgré une accélération en Allemagne, la croissance en zone euro a été plus faible que prévu au premier trimestre, avec une hausse du PIB de 0,2% par rapport aux trois derniers mois de 2013. L'économie française à stagné et l'économie italienne s'est contractée contrairement aux attentes.

À Paris, l'indice CAC 40 est stable, juste sous la barre des 4.500 points (-0,04% à 4.499,46) vers 12h50, après avoir atteint un nouveau pic de 5-1/2 ans à 5.512,62 dans la matinée. A Francfort, le Dax progresse de 0,17% après avoir atteint un nouveau record historique à 9.810,29 points.

A Londres, le FTSE avance de 0,17% également alors que l'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est stable (-0,03%) et l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,15%.

Parmi les groupes ayant publié leurs résultats, le groupe suisse de luxe Richemont et gagne 5,44%, plus forte hausse du Stoxx 600, après avoir fait état d'une progression solide de ses ventes et annoncé un relèvement de son dividende et de nouveaux rachats d'actions.

Les Bourses européennes sont soutenues depuis la semaine dernière par des signes de plus en plus évidents que la Banque centrale européenne (BCE) s'apprête à baisser ses taux et injecter des liquidités dans le système bancaire le mois prochain pour limiter l'inflation et freiner l'appréciation de l'euro.

"Il semble qu'ils vont ajuster les taux d'intérêt et cela devrait continuer à soutenir les marchés", dit Richard Griffiths, associé chez Berkeley Futures, qui table sur un indice Dax allemand à 10.000 points d'ici fin juin.

Sur le marché obligataire, la faiblesse de la croissance et de l'inflation ont entraîné les rendements italiens, espagnols et irlandais à de nouveaux plus bas records, tandis que le rendement du Bund allemand est à un plus bas d'un an.

Sur le marché des changes, l'euro est retombé à son plus bas niveau en six semaines face au dollar sur les anticipations d'une action de la BCE.

Sur le front du pétrole, le Brent se maintient au-dessus des 110 dollars le baril, près d'un pic de deux semaines et demi, soutenu par les inquiétudes autour de la situation en Ukraine et les signes de tension sur l'offre.

Après les PIB et l'inflation en Europe, sont notamment attendus les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, sans oublier les indices de l'activité industrielle dans les régions de New York et Philadelphie.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant