Les Bourses européennes perdent du terrain à mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes perdent du terrain vendredi à mi-séance, et l'euro a atteint son plus haut niveau de l'année, après l'annonce d'une inflation plus forte que prévu en zone euro qui fait retomber les spéculations sur de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la BCE dès la semaine prochaine.

Wall Street est également attendue en léger recul, affecté, comme l'ensemble des marchés financiers, par la montée des tensions autour de l'Ukraine.

Des hommes armés ont pris le contrôle de deux aéroports en Crimée, à Simféropol, la capitale de la région autonome d'Ukraine, et à Sébastopol, le siège de la flotte russe en mer Noire, quelques heures après la prise du parlement régional par d'autres hommes armés pro-russes.

"L'Ukraine est un risque politique. Du moment que les marchés sont convaincus que la Russie ne va pas adopter une position dure sur la question, c'est quelque chose à surveiller mais cela ne change pas la donne", dit Philippe Gijsels, responsable de BNP Paribas Fortis Global Markets à Bruxelles.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,55% à 4.372,18 points vers 12h55. À Francfort, le Dax cède 0,11% et à Londres, le FTSE perd 0,16%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,54%. Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en recul d'environ 0,15%.

La stabilisation de l'inflation en zone euro, à 0,8%, en février, réduit la pression sur la Banque centrale européenne en faveur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, même si le maintien d'un chômage à un niveau proche de ses plus hauts souligne la faiblesse de la reprise. (voir)

Aux valeurs, Bayer gagne 1,36% après avoir annoncé une baisse de 3,1% de son bénéfice courant, tout en relevant fortement ses prévisions de ventes de ses nouveaux médicaments.

Pearson chute de près de 6,6%. Le groupe d'édition britannique s'attend à une baisse de ses bénéfices en 2014 après avoir livré des résultats conformes à ses attentes, revues deux fois à la baisse.

Des résultats trimestriels plutôt meilleurs que prévu ont soutenu la tendance depuis le début de l'année. Selon les données de Thomson Reuters StarMine, sur les 72% des sociétés du Stoxx 600 ayant publié jusqu'à ici, 56% d'entre elles ont fait mieux ou aussi bien que les estimations des analystes.

A la Bourse de Madrid, Bankia perd 5%. L'Etat a entamé son désengagement partiel de la banque en cédant une tranche de 7,5% aux investisseurs institutionnels.

Sur le marché des changes, le yuan a accusé sa plus forte baisse hebdomadaire face au dollar à la suite de l'intervention de la banque centrale pour affaiblir la devise chinoise avant une réunion importante du gouvernement qui pourrait déboucher sur des réformes sur le marché des changes.

L'euro de son côté est monté à son plus haut de l'année face au dollar, vers 1,38, après le chiffre d'inflation dans la zone euro, tandis que les futures sur Bund allemand affichaient un recul de 35 ticks sur la nouvelle.

Le baril de Brent reste sous la barre des 109 dollars dans l'incertitude sur la situation en Ukraine et alors que la météo aux Etats-Unis est plus clémente.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 le vendredi 28 fév 2014 à 14:07

    Victoire en Hollandie, notre taux de chômage est inférieur à celui de la moyenne de la C.E. !L'Espagne, le Portugal, l'Italie, Malte, les pays d'Europe de l'Est, Roumanie, Bulgarie,etc...font pire que nous.