Les Bourses européennes ouvrent sur une note stable

le
0
MARCHES EUROPÉENS STABLES ET ATTENTIFS À L'UKRAINE
MARCHES EUROPÉENS STABLES ET ATTENTIFS À L'UKRAINE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note stable mardi, l'éventualité de nouvelles sanctions contre la Russie et les chiffres de ventes jugés décevants publiés par de grands noms de la cote comme le brasseur SABMiller pesant sur l'appétit des investisseurs pour les actions.

À Paris, le CAC 40 perd 0,15% à 4.377,90 points à 07h25 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,36% et à Londres, le FTSE recule de 0,20%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,36% et le FTSEurofirst 300 0,23%.

Les places européennes ne bénéficient donc pas de l'élan insufflé lundi par Wall Street, dont a bénéficié entre autres Tokyo, en hausse de 0,62% en clôture.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont entériné lundi le principe d'un élargissement des sanctions à des personnalités russes ou ukrainiennes et des consultations se poursuivent entre l'UE et Washington, tandis que, sur le terrain, des militants séparatistes pro-russes menaient de nouveaux coups de force dans plusieurs villes de l'est de l'Ukraine.

"La moindre annonce allant dans le sens de nouvelles sanctions de la part de l'Occident pourrait faire de nouveau baisser les marchés", estime Stuart McDonald, trader d'IG.

Du côté des valeurs, SABMiller perd plus de 2% après la publication de son chiffre d'affaires trimestriel, que certains analystes jugent inférieur aux attentes. Quant au suédois SKF, le numéro un mondial des roulements à bille, il abandonne 2,2% après des ventes trimestriels légèrement sous le consensus et des déclarations prudentes sur ses perspectives.

L'Oréal (+1,95%) et Nestlé (-0,15%) s'en sortent mieux, les deux géants de la grande consommation ayant dit s'attendre à une amélioration au fil des mois.

Parmi les fortes progressions du début de séance, Aker Solutions prend plus de 5% après l'annonce d'un contrat de 2,4 milliards de dollars avec Total.

A la baisse, le groupe italien d'électricité Enel cède plus de 1% après la décision du gouvernement de proposer la nomination de Francesco Starace au poste d'administrateur délégué en remplacement de Fulvio Conti.

Quant à la banque Monte Paschi, elle chute de près de 10%, victime de rumeurs évoquant une augmentation de capital plus massive qu'attendu jusqu'à présent.

Les marchés européenes surveilleront l'indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, qui pourrait être de nouveau influencé par la crise ukrainienne.

Du côté des changes, le dollar conserve ses gains de lundi face à l'euro et se rapproche du seuil de 1,38, favorisé à la fois par les bons chiffres des ventes au détail aux Etats-Unis et par le discours de la BCE sur sa détermination à agir en cas d'appréciation excessive de la monnaie unique.

Le pétrole, lui, se replie, le Brent revenant sous le seuil des 109 dollars le baril après avoir touché lundi un plus haut de six semaines. Le brut léger américain recule quant à lui vers la barre des 103 dollars.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant