Les Bourses européennes ouvrent sur une note indécise

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES INDÉCISES À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES INDÉCISES À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert sur une note indécise mardi, sur fond d'appétit limité pour le risque à l'approche d'une émission de dette espagnole à 12 et 18 mois, les investisseurs anticipant une poursuite de la hausse des coûts d'emprunt de Madrid.

A Paris, à 9h25 le CAC 40 gagne 0,54% (17 points) à 3.222 points après avoir ouvert la séance sur un repli de 0,1%. A Francfort, le Dax prend 0,31% et à Londres, le FTSE avance de 0,24%. A la Bourse de Madrid, l'Ibex prend 0,67%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 0,29% après avoir ouvert en recul de 0,2%.

Aux valeurs, DANONE gagne 1,7% après avoir annoncé une croissance organique de ses ventes supérieure aux attentes au premier trimestre et a confirmé ses objectifs pour 2012.

Les valeurs automobiles pâtissent de la poursuite de la baisse des immatriculations en Europe.

MARKS & SPENCER perd près de 3%. Le distributeur a publié mardi un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au titre du quatrième trimestre de l'exercice 2011-2012, tout en annonçant que le résultat de l'exercice serait conforme aux attentes. RIO TINTO perd 1,5% après avoir fait état d'une baisse de 10% de sa production de minerai de fer au premier trimestre, en mettant en avant une série de perturbations liées aux conditions météorologiques en Australie.

La publication de l'indice Zew du sentiment des investisseurs allemands (à 09h00 GMT) pourrait peser sur les marchés. Il est attendu en repli en avril, à 20 contre 22,3 en mars.

Sur le marché secondaire, le rendement des obligations espagnoles à dix ans est repassé au-dessus de 6% lundi, signe des inquiétudes persistantes entourant la dette de Madrid, qui pèsent aussi sur l'euro.

Le Japon a promis de fournir 60 milliards de dollars (plus de 45 milliards d'euros) de prêts au Fonds monétaire international, devenant ainsi le premier pays non européen à s'engager financièrement à accroître la puissance de feu du FMI pour contenir la crise de la dette dans la zone euro.

Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pstl le mardi 17 avr 2012 à 11:05

    j'adore les indécisions de +1% lol