Les Bourses européennes ouvrent sur une note hésitante

le
0
HÉSITATIONS À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
HÉSITATIONS À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante vendredi avant la publication dans l'après-midi aux Etats-Unis des chiffres officiels de l'emploi de novembre.

Les investisseurs attendent aussi ce week-end des indicateurs chinois, dont celui de la production industrielle qui pourrait confirmer la stabilisation de la deuxième économie mondiale.

La hausse des Bourses est toutefois limitée par l'incertitude persistante entourant les négociations budgétaires aux Etats-Unis et par des prises de bénéfices, alors que les principaux indices européens ont retrouvé leurs plus hauts niveaux de l'année et testé ces derniers jours des seuils techniques.

La crise de la dette de la zone euro n'est en outre pas encore de l'histoire ancienne, comme l'a rappelé vendredi la Bundesbank en révisant à la baisse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) allemand en 2012, de 1,0% à 0,7%, et surtout en 2013, de 1,6% à 0,4%.

La banque centrale allemande n'a en outre pas exclu que l'Allemagne entre en récession au premier trimestre 2013, tout en prévoyant un retour à une croissance plus soutenue en 2014.

Aux Etats-Unis, les investisseurs craignent que l'amélioration perceptible ces derniers mois sur le front de l'emploi marque le pas en raison du passage de l'ouragan Sandy, mais se consolent en se disant que cela pourrait convaincre la Réserve fédérale d'annoncer en début de semaine prochaine une augmentation de ses rachats d'obligations, au moment ou le programme "Operation Twist" touche à son terme.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,01% à 3.601,91 points vers 8h30 GMT. À Francfort, le Dax cède en revanche 0,10% et à Londres, le FTSE recule également de 0,04%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est inchangé.

La Bourse de Tokyo a terminé la semaine en baisse de 0,19% sur fond de prises de bénéfices après avoir touché jeudi un plus haut de sept mois.

Le CAC 40 reste de son côté juste au-dessus du seuil technique des 3.600 points. Selon les analystes, le prochain se situe autour des 3.700-3.712 points, mais il ne devrait pas être atteint avant une période de consolidation. L'indice a gagné 13% environ depuis le début de l'année et près de 20% par rapport à ses plus bas de plusieurs mois inscrits en juin.

Aux valeurs, Alcatel-Lucent (-2,04%) accuse la plus forte baisse du CAC après l'annonce, jeudi soir, de sa prochaine sortie de l'indice phare de la Bourse de Paris au profit de Gemalto (+0,85%).

GDF Suez est de nouveau en recul (-1,47%) après s'être effondrée de 11% jeudi sous le coup de son avertissement sur résultats.

Le titre Deutsche Telekom (-3,18%) est également malmené, l'opérateur télécoms ayant annoncé jeudi qu'il réduirait son dividende dans les années à venir afin de financer ses investissements en Allemagne.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund sont en légère hausse malgré les perspectives moroses pour l'économie allemande.

Sur le marché des changes, l'euro est bien parti pour accuser sa perte la plus forte face au dollar en un mois, en réaction aux déclarations du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, lequel a livré jeudi des prévisions économiques moroses pour la zone euro en 2013 et dit que la possibilité de rendre le taux des dépôts négatif avait été évoquée.

La monnaie unique, qui a signé sa plus forte baisse journalière du mois jeudi, recule encore de 0,3% par rapport au billet vert vendredi matin, revenant près de 1,29 dollar.

Les cours du pétrole sont en revanche orientés en légère hausse après s'être assez nettement repliés les jours précédents.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant