Les Bourses européennes ouvrent sur une note hésitante

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES HÉSITENT EN DÉBUT DE SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES HÉSITENT EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante vendredi, dans des marchés animés par des résultats de poids lourds de la cote et nerveux avant la publication du rapport sur l'emploi aux Etats-Unis dans l'après-midi.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,19% à 4.236,91 points vers 08h33 GMT, soutenu par la hausse de BNP Paribas. À Francfort, le Dax perd 0,4% et à Londres, le FTSE est stable (+0,02%).

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,08% et le FTSEurofirst 300 cède 0,23%.

Le CAC 40 s'oriente néanmoins vers une baisse de 3,7% à ce stade sur la semaine et l'EuroStoxx 50 vers un repli hebdomadaire de 4,1%.

Selon une enquête Reuters auprès de 108 économistes, le nombre de créations d'emploi sur le marché américain devrait avoir atteint 190.000 pour le mois de janvier. Ce rapport du gouvernement sur l'emploi sera publié à 13h30 GMT.

Les résultats trimestriels animent la cote, notamment à Paris.

Le sidérurgiste ArcelorMittal, qui a annoncé une augmentation de capital de trois milliards de dollars et des résultats décevants, abandonne 8,9%, de très loin la plus forte baisse du CAC 40.

BNP Paribas en revanche s'adjuge 3,44%, plus forte hausse du CAC, après l'annonce d'une réorganisation de son pôle Corporate and Institutional Banking (CIB) et malgré des résultats inférieurs aux attentes.

Vinci progresse de 2,36%, deuxième plus forte progression de l'indice. Le groupe de BTP a annoncé jeudi prévoir une hausse de ses résultats en 2016 malgré une conjoncture qui reste incertaine.

Le dollar reste ferme après avoir été plombé cette semaine par des indicateurs de conjoncture décevants et des propos de responsables de la Fed qui tendent à repousser les anticipations de hausse des taux américains.

L'euro retombe légèrement, de 0,1%, face au dollar, après sa forte hausse de la veille. La devise européenne s'oriente vers une hausse de 3,4% sur la semaine, sa plus forte appréciation hebdomadaire en plus de quatre ans.

Le brut léger américain accentue ses pertes et se traite autour de 31,45 dollars le baril, à l'issue d'une semaine volatile, toujours plombé par le déséquilibre entre l'offre et la demande dans un contexte de ralentissement de la croissance dans le monde. Le Brent cède 45 cents à 34 dollars/baril.

L'or se maintient à un pic de trois mois, autour de 1.155 dollars l'once après avoir profité dans la semaine des incertitudes sur les taux de la Fed.

(Danilo Masoni, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant