Les Bourses européennes ouvrent en très nette baisse

le
0
OUVERTURE DANS LE ROUGE DES BOURSES EUROPÉENNES
OUVERTURE DANS LE ROUGE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluaient en très nette baisse mardi dans les premiers échanges, la poursuite du repli des cours du pétrole pesant sur l'ensemble des matières premières tandis qu'un indicateur macro-économique allemand inférieur aux attentes a ravivé les craintes concernant la conjoncture mondiale.

À Paris, l'indice CAC 40 cède 1,69% à 4.271,62 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 2,04% et à Londres, le FTSE 0,97%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule 1,76% et le FTSEurofirst 300 de 1,33%.

Ce dernier repart ainsi à la baisse après son rebond de 0,46% lundi, qui lui avait permis de décoller du creux d'un mois touché vendredi. Depuis le début de l'année, le recul de l'indice est de près de 10%.

Avant l'Europe, la Bourse de Tokyo a terminé en repli de 2,42%, à un plus bas de sept semaines, sous le coup d'une nouvelle poussée du yen, toujours recherché par temps d'incertitudes, face au dollar et à l'euro.

Le dollar perd 0,64% face au yen, à 110,59 yens, un plus bas depuis 17 mois. Le billet vert s'achemine ainsi vers une troisième séance de baisse consécutive face à la devise japonaise. Après quatre années de progression face au yen, le dollar accuse à ce stade de 2016 un recul de plus de 8% contre la devise japonaise.

Face à un panier de devises internationales, le dollar progresse cependant de 0,25%, une évolution qui pèse sur les cours du pétrole et des matières premières dans leur ensemble.

L'or noir, qui avait rebondi ces dernières semaines d'un creux de plus de 12 ans touché fin janvier-début février en raison des craintes de voir le marché rester durablement saturé, est en baisse de quelque 0,75%, s'orientant vers une troisième séance consécutive de repli.

Les intervenants de marché doutent de plus en plus d'un gel de la production mondiale, projet, annoncé en février, qui a été l'un des principaux facteurs de la remontée du pétrole.

L'indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières accuse la plus forte baisse en début de séance, avec un recul de 3,06%, et de nombreux composants figurant dans les 10 plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600, Anglo American (-4,5%), BHP Billiton (-4,0%) ou encore Glencore (-3,9%).

Le titre PSA Peugeot Citroën subit un recul de quelque 4% après que le constructeur automobile français a présenté un nouveau plan stratégique. Il entraîne dans son sillage Renault (-3,8%) ainsi que l'ensemble du compartiment automobile (-3,04%).

Tous les indices sectoriels sont dans le rouge, le pétrole (-2,24%) étant la troisième plus forte baisse derrière les matières premières et l'automobile.

Dans ce contexte, outre le yen et le dollar, d'autres valeurs jugées sûres sont recherchées, comme le franc suisse, l'or et les Bunds allemands.

Les commandes à l'industrie allemande ont enregistré une baisse surprise en février, sous le coup notamment d'une faiblesse de la demande en provenance de l'international, en particulier de la zone euro, ce qui semble suggérer que le ralentissement économique mondial commence à se faire sentir sur la première économie d'Europe.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant