Les Bourses européennes ouvrent en petite hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN PETITE HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN PETITE HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les grandes Bourses européennes ont ouvert sur une petite hausse hésitante vendredi, après avoir mal accepté la veille que la Banque centrale européenne renonce pour le moment à abaisser son taux des dépôts dans le négatif.

Les intervenants du marché boursier, comme de tous les autres marchés, sont en attente fébrile de la statistique de l'emploi de mai aux Etats-Unis, publiée à 12h30 GMT. Les économistes attendent en moyenne 170.000 créations de postes en mai, après 165.000 en avril, et un taux de chômage inchangé à 7,5%.

Dans l'intervalle, la séance risque d'être heurtée, comme elle l'a été ces derniers temps et comme elle le fut jeudi à Wall Street et aujourd'hui encore à Tokyo, les intervenants se demandant si la Réserve fédérale va mettre fin à son programme de soutien à l'économie ou à tout le moins si elle va en réduire quelque peu l'ampleur.

Quelques minutes après l'ouverture, l'indice FTSEurofirst 300 est stable à 1.178,63, tandis que l'EuroStoxx 50 prend 0,11% à 2.679,06. La Bourse de Paris avance de 0,08% à 3.817,31, tandis que le Dax gagne 0,18% et que le FTSE recule de 0,07%.

Pour Gerhard Schwarz (Baader Bank), le principe voulant que les banques centrales s'emploieront de toute manière à soutenir les marchés ne semble plus autant se vérifier, ce qui explique que les places boursières redeviennent plus instables. "A un moment ou à un autre, il y aura sans doute une correction de 10% de la Bourse, voire peut-être plus au troisième trimestre", argue-t-il.

Sur le marché des changes, le dollar reste sous pression en Asie où il a subi la veille face au yen sa plus forte perte en trois ans, les cambistes ayant dénoué leurs positions les plus risquées dans l'attente de la statistique de l'emploi US qui, selon des analystes de Barclays Capital, ne sera pas très brillante.

Il se stabilise toutefois face à l'euro et a réduit ses pertes contre le yen après que le fonds public des retraites japonais (GIPF) a annoncé vendredi qu'il augmenterait la pondération des actions, japonaises et étrangères, dans son portefeuille et diminuerait celle des emprunts d'Etat nippons (JGB).

Sur le marché obligataire, on attend pareillement avec une certaine fébrilité la statistique de l'emploi US, nervosité qui profite pour l'instant aux Bunds, qui se reprennent après avoir reculé jeudi, la BCE n'ayant donné aucun signe d'un nouvel assouplissement de sa politique monétaire.

Sur le marché pétrolier, les contrats sur le WTI texan et le Brent sont en légère hausse, tirant parti de la baisse du dollar. Le Brent évolue non loin des 104 dollars le baril et est bien parti pour enregistrer son gain hebdomadaire le plus élevé depuis la fin avril.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant