Les Bourses européennes ouvrent en ordre dispersé

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN ORDRE DISPERSÉ EN DÉBUT DE SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN ORDRE DISPERSÉ EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé jeudi dans les premiers échanges au gré des réactions aux très nombreuses publications de résultats trimestriels et alors que Wall Street a marqué le pas après le statu quo de la Réserve fédérale américaine sur les taux d'intérêt.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,5% à 4.469,36 points vers 07h40 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,46% et à Londres, le FTSE est quasi-stable (+0,04%). En revanche, à Milan, l'indice FTMIB recule de 0,4% tandis qu'à Madrid, l'IBEX cède 0,42%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule en conséquence de 0,19% et le FTSEurofirst 300 gagne 0,14%.Les publications de résultats trimestriels sont à l'origine de décalages parfois marqués. Aux bancaires, BNP Paribas prend ainsi plus de 2% et Credit Suisse près de 1,5%.

En revanche, Lloyds Banking Group cède près de 3%, en tête des baisses de l'indice européen du secteur, après l'annonce d'un projet d'économies de 400 millions de livres d'ici la fin 2017 en supprimant encore 3.000 emplois et en fermant 200 agences.

Renault chute de plus de 4% et Fiat Chrysler Automobile (FCA) abandonne plus de 3%, pesant sur l'indice européen de l'automobile et des équipementiers en baisse de 1,27%.

Aux pétrolières, Total prend 1,19% mais Royal Dutch Shell recule de plus de 3%.

Parmi les valeurs télécoms, les résultats du britanniques BT Group sont salués par une hausse de plus de 3,3% mais ceux de Telefonica sont sanctionnés par une chute de plus de 2,6%.

JCDecaux dévisse de plus de 7%, en tête des baisses de l'indice SBF 120 de la Bourse de Paris et de l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300.

Sur le marché des changes, le dollar recule, pénalisé par l’absence d’indications plus claires de la Fed sur son calendrier de hausses de taux cette année. Son indice contre un panier de devises de référence est tombé à un plus bas de huit séances à 96,287, en net retrait par rapport à un plus haut de quatre mois et demi de 97,569 atteint lundi.

Le dollar se replie notamment contre la devise japonaise, à 104,74 yens, son repli étant toutefois limité par les anticipations de nouvelles mesures d’assouplissement par la Banque de Japon à l’issue de sa réunion de politique monétaire vendredi.

L’euro s’est apprécié contre la devise américaine à un plus haut de huit séances à 1,11 dollar.

Le pétrole reste orienté à la baisse après être tombé mercredi à un plus bas de trois mois dans la foulée de l’annonce par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) d’une hausse inattendue des stocks de brut et d’essence aux Etats-Unis la semaine dernière.

Le contrat septembre sur le baril de Brent de la mer du Nord recule de 14 cents (-0,32%) à 43,34 dollars le baril. La même échéance sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1 cent (-0,02%) à 41,90 dollars.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant