Les Bourses européennes ouvrent en nette baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en nette baisse mercredi, prolongeant une correction observable depuis lundi et qui atteste d'un regain d'aversion au risque lié à la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE) le 23 juin dernier.

Toutefois, les indices ont rapidement atténué leurs pertes et la place londonienne, qui, la veille, était celle qui paradoxalement avait le mieux résisté au marasme ambiant, remontait dans le vert, tandis que Zurich se stabilisait.

Un quart d'heure après l'ouverture, l'indice parisien CAC 40 ne laisse plus que 0,66% à 4.135,91 points. À Francfort, le Dax abandonne 0,37% et à Londres, le FTSE progresse de 0,19%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,33% et le FTSEurofirst 300 de 0,52%.

En Asie, où la Bourse de Tokyo a fini sur un recul de 1,85%, certaines places résistent aussi à la nouvelle tourmente et l'indice de référence chinois affiche un gain de 0,3% en clôture et celui de la Bourse de Shanghai progresse de 0,36%. L'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon réduit un peu sa perte, à 1,33%.

La quasi-totalité des indices sectoriels européens sont toutefois dans le rouge, à l'exception de celui des ressources naturelles qui avance de 0,27%, porté par la hausse de 4,3% du groupe minier Fresnillo, meilleur gain pour l'heure de l'indice FTSEurofirst 300.

C'est l'indice des foncières qui subit la plus forte perte sectoriellle, de 1,17%, ressentant encore les effets de la suspension des transactions sur trois gros fonds britanniques spécialisés dans l'immobilier commercial intervenue lundi soir et mardi.

Aux valeurs, c'est Air Liquide qui occupe la première place des pertes de l'EuroStoxx 50 avec un recul de 1,70%. Le spécialiste des gaz industriels a présenté mercredi un nouveau plan stratégique à cinq ans en phase avec la nouvelle dimension prise par le groupe après l'acquisition de l'américain Airgas pour 13,4 milliards de dollars (12 milliards d'euros).

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant