Les Bourses européennes ouvrent en nette baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Après une ouverture hésitante, les principales Bourses européennes sont orientées en nette baisse lundi dans les premiers échanges, marquant une pause après trois semaines de hausse d'affilée, alors que se confirme la remontée des cours du brut avec un Brent qui est passé pour la première fois de l'année au-dessus de la barre des 39 dollars.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,73% à 4.424,17 points vers 08h45 GMT. Le Dax abandonne 1,05% à Francfort et le FTSE 0,61% à Londres. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,95% et le FTSEurofirst 300 0,71%.

Au cours du clôture de vendredi, ce dernier avait repris plus de 9% sur les trois semaines qui viennent de s'écouler, ramenant sa perte depuis le début de l'année à quelque 6,5% alors qu'elle avait été de plus de 17% il y a près d'un mois.

Les cours du pétrole, qui ont largement évolué de pair avec les marchés actions ces derniers mois, sont notamment portés par l'amélioration des perspectives mondiales sur fond de chiffres de l'emploi meilleurs que prévu aux Etats-Unis.

Depuis le début de l'année, le cours de Brent, qui a accusé trois années consécutives de perte, est en hausse de quelque 4% alors que fin janvier il avait touché un plus bas en séance de plus de 12 ans à 27,1 dollars le baril. Le recul du brut léger américain sur la période n'est plus de 1,5%.

L'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes (-0,37%) affiche l'une des moins mauvaises performances sectorielles, porté, outre la bonne tenue des cours, par le bond de quelque 38% du titre Seadrill, de loin la plus forte hausse du Stoxx 600.

Le groupe norvégien spécialisé dans le forage en mer continue de bénéficier d'informations, véhiculées par des courtiers, disant que le principal actionnaire de l'entreprise, le milliardaire John Fredericksen, a libéré des fonds pour les réinjecter dans Seadrill.

Old Mutual (+9,1%) est également en vue après que le groupe de services financiers anglo-sud-africain a confirmé lundi n'écarter aucune option dans le cadre de sa revue stratégique lancée en novembre, tout en ajoutant n'avoir pas encore pris de décision.

Du côté des baisses, le titre EDF perd 7,5%, repli le plus marqué du Stoxx 600 et du SBF-120, après que l'électricien français a confirmé la démission de son directeur financier, Thomas Piquemal, et annoncé la nomination de Xavier Girre pour le remplacer à titre provisoire.

L'action BASF (-2,39%) accuse la baisse la plus prononcée du Stoxx 50 après une information selon laquelle le numéro un mondial de la chimie envisage une contre-offre sur DuPont, qui a présenté en décembre un projet de fusion avec Dow Chemical.

Sur le marché des changes, le dollar reprend un peu d'élan face à un panier de devises internationales alors qu'il avait été cassé par l'annonce d'une baisse inattendue du salaire horaire moyen aux Etats-Unis en février, évolution qui semble éloigner la perspective d'une nouvelle hausse des taux de la Réserve fédérale.

Dans ce contexte du recul des Bourses, les actifs jugés sûrs, comme le yen, les Bunds allemands et l'or, sont tous en progression.

Malgré le déclassement de la note souveraine du pays par Fitch, le rendement des obligations portugaises à 10 ans recule de plus de trois points de base, dans la perspective de voir la Banque centrale européenne (BCE) assouplir encore davantage sa politique monétaire cette semaine.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant