Les Bourses européennes ouvrent en légère hausse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE VERT
LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE VERT

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en légère hausse jeudi à la suite d'un compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine, qui suggère que la banque centrale avancera prudemment sur la voie d'un relèvement de ses taux, la place de Paris étant de son côté soutenue par LVMH.

Les "minutes" de la réunion de la Fed des 18 et 19 mars montrent que ses responsables se sont inquiétés du risque de voir les investisseurs conclure des prévisions publiées par la banque centrale qu'un resserrement monétaire pourrait être plus rapide qu'anticipé jusqu'alors.

À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,49% à 4.464,40 points vers 9h35. À Francfort, le Dax prend 0,75% et à Londres, le FTSE 0,72%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 progresse de 0,4%.

Les marchés américains ont repris plus de 1% mercredi après la publication des "minutes" de la réunion de la Réserve fédérale américaine, tandis que la Bourse de Tokyo a fini inchangeé jeudi et que l'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon (+0,7%) est à ses plus hauts niveaux depuis fin octobre.

"Ce n'est pas tellement que la Fed soit 'colombe' mais plutôt qu'elle ne soit pas devenue 'faucon'. Les investisseurs étaient nerveux car c'était la première réunion de (Janet) Yellen", estime Tohru Yamamoto, chez Daiwa Securities.

La présidente de la Fed avait provoqué une vague de ventes à Wall Street à l'issue de la réunion de mi-mars, les investisseurs ayant alors compris qu'elle laissait entendre qu'une hausse des taux pourrait avoir lieu plus tôt que prévu.

LVMH prend 4%, une des plus fortes hausses du CAC 40 et de l'EuroStoxx 50, avec Kering (+4,7%), après avoir fait état d'une forte accélération de ses ventes dans la mode-maroquinerie, sa division phare.

A Londres, Marks & Spencer progresse de 2,5% après avoir montré les premiers signes d'amélioration de ses performances.

Daimler, dont le détachement du dividende a lieu ce jeudi, perd 2,5%, l'une des plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50.

La cotation du groupe d'électricité Iberdrola est suspendue. Bankia, la plus grande banque nationalisée espagnole, a annoncé avoir mandaté UBS et Citigroup pour vendre sa part de 4,94% du capital.

Après les "minutes" de la Fed, les futures sur le Bund allemand sont en hausse, alors que les rendements à court et moyen terme sont tombés mercredi à des plus bas de trois semaines la veille aux Etats-Unis. Les futures sur taux américains montraient que les traders attendent désormais une première hausse des taux de la Fed en juillet 2015, soit six semaines plus tard qu'attendu jusqu'à présent.

Dans ce contexte, le dollar s'échange près de son plus bas niveau en trois semaines face à un panier de devises et se traite autour de 1,3860 pour un euro, après avoir touché un pic de 1,3705 vendredi dernier.

Le marché obligataire européen est par ailleurs dominé par le retour en fanfare de la Grèce après quatre années d'absence. L'émission de 2,5 milliards d'euros de titres a cinq ans d'Athènes a déjà suscité une demande d'un montant global de plus de 17,5 milliards d'euros.

Sur le front du pétrole, le Brent retombe à 107,80 dollars le baril, alourdi par de mauvais chiffres du commerce extérieur chinois.

Les investisseurs surveilleront cet après-midi le chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant