Les Bourses européennes ouvrent en légère hausse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN LÉGÈRE HAUSSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN LÉGÈRE HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en légère hausse mardi après leur net recul de la veille, soutenues par quelques achats à bon compte. Toutefois, ce rebond reste limité par la crainte que le plan de sauvetage des banques chypriote ne constitue un précédent en zone euro.

Dans un entretien accordé lundi à Reuters et au Financial Times, le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a déclaré que le plan de sauvetage élaboré pour Chypre constituait un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires dans la zone euro et que d'autres pays pourraient devoir restructurer leur secteur bancaire.

Ces déclarations ont plongé les Bourses dans le rouge en cours de séance lundi.

À Paris, l'indice CAC 40 regagne 0,33% à 3.740,32 points dans les premiers échanges. À Francfort, le Dax reprend 0,1% et à Londres, le FTSE es stable. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,18% après un recul de 1,21% lundi.

La Bourse de Milan, qui avait perdu 2,5%, se stabilise également.

"Le marché a trouvé des niveaux de soutien. Mais la faiblesse du 'rally' de soulagement auquel nous avons assisté hier montre clairement que les investisseurs n'ont pas été impressionnés par l'accord chypriote", dit Mike van Dulken, responsable de la recherche chez Accendo Markets.

"Il pourrait signifier que dans l'avenir, les renflouements (par les créanciers ou les déposants) pourraient faire partie des plans de sauvetage, ce qui fait peur au marché étant donné que l'Espagne et l'Italie sont en embuscade avec leurs propres problèmes."

Les valeurs bancaires, qui avaient mené la baisse lundi après les propos du président de l'Eurogroupe, restent dans le rouge. L'indice sectoriel cède 0,17%, après avoir perdu 1,9% la veille dans l'inquiétude lié au plan de sauvetage des banques chypriotes, qui restent fermées jusqu'à jeudi. Société générale perd 1,67%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, suivie de l'espagnole BBVA (-1,1%).

Les télécoms figurent également parmi les plus fortes baisses en Europe, avec une perte de 0,26% de l'indice sectoriel et de 0,26% de France Télécom.

Les investisseurs attendent une série d'indicateurs américains cet après-midi.

L'euro stagne près de ses plus bas de quatre mois face au dollar touchés la veille, juste au-dessous de 1,2850, dans la crainte qu'après Chypre, les déposants soient sollicités dans d'autres pays de la zone euro.

Le yen est stable, après l'annonce par le nouveau gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko Kuroda que la banque chercherait à peser sur l'ensemble de la courbe des taux en rachetant des obligations d'Etat à plus longue échéance pour combattre la déflation.

Les Bunds allemands se maintiennent près de leurs plus hauts de trois semaines de la veille.

Le pétrole se stabilise, avec un baril de Brent toujours au-dessus des 108 dollars après sa forte hausse de la veille en réaction à la sortie de crise à Chypre.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant