Les Bourses européennes ouvrent en légère hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE HAUSSE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont débuté en légère hausse lundi, les investisseurs étant de plus en plus portés à croire que la Banque centrale européenne (BCE) adoptera un ton accommodant en matière de politique monétaire et donc favorable aux actifs à risque lors de sa réunion de jeudi.

Une chute de l'inflation en zone euro à 0,7% en octobre, nettement au-dessous de l'objectif de la BCE de 2%, a ravivé le débat sur l'éventualité d'une baisse des taux lors d'une des deux dernières réunions monétaires de l'année.

"L'attention sera largement tournée vers la BCE pour voir si elle va ouvrir la porte à de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire en vue de la prochaine réunion de décembre", écrit le Crédit Agricole.

"Nous ne nous attendons pas à une baisse des taux dès cette semaine mais (...) l'éventualité ne peut pas être totalement écartée dans la mesure où la BCE subit des pressions de plus en plus fortes pour passer à l'acte."

À Paris, l'indice CAC 40 progresse de 0,25% à 4.283,98 points vers 8h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,29% et à Londres, le FTSE 0,43%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,24%.

Les résultats restent un élément clé de tendance avec notamment la publication de HSBC (+0,65%).

Alcatel-Lucent perd 4,4%, plus forte baisse du CAC 40, après avoir annoncé une augmentation de capital de 955 millions d'euros dans le cadre de son plan de transformation destiné notamment à réduire sa dette.

Ryanair chute de plus de 11% après que la première compagnie aérienne européenne a fait savoir que son bénéfice annuel devrait baisser pour la première fois en cinq ans du fait de la concurrence.

EasyJet perd 3,6% dans son sillage.

Selon Thomson Reuters StarMine, sur plus de la moitié des sociétés du STOXX Europe 600 ayant publié jusqu'à présent, 47% d'entre elles ont annoncé des résultats conformes ou supérieurs aux attentes, contre 58% au deuxième trimestre et 52% au premier.

L'euro se reprend timidement, près de 1,35 dollar, après avoir touché un plancher de six semaines en Asie, à 1,3442. La devise européenne a accusé la semaine dernière sa plus forte baisse hebdomadaire en un an dans un contexte de fortes pressions en faveur d'un abaissement des taux de la BCE.

La plupart des obligations souveraines en zone euro gagnent du terrain, soutenues par l'espoir d'un nouvel assouplissement monétaire, prolongeant leur mouvement de la semaine dernière.

Ces anticipations favorisent un recul des rendements malgré les tensions au sein de la coalition au pouvoir en Italie à l'approche du vote du Sénat pour déchoir ou non Silvio Berlusconi de son mandat.

Sur le front du pétrole, le Brent se maintient au-dessus des 106 dollars le baril, soutenu par des achats à bon compte après sa chute de 3% vendredi liée à la remontée du dollar.

L'or de son côté perd du terrain pour la sixième séance d'affilée, l'incertitude concernant le calendrier de réduction des achats d'actifs de la Réserve fédérale américaine continuant à peser sur le sentiment de marché.

Les investisseurs attendent les indices PMI manufacturiers en France, en Allemagne et en zone euro, avant les commandes à l'industrie aux Etats-Unis.

Ils seront également attentifs aux interventions de quatre responsables de la Réserve fédérale américaine prévues ce lundi.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant