Les Bourses européennes ouvrent en légère hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE VERT
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE VERT

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en légère progression vendredi, terme d'une semaine positive, portée par des opérations de fusion et acquisition et par un euro qui a touché son plus bas niveau en plus de trois semaines face au dollar.

Le recul de la devise européenne depuis un an soutient la reprise de la croissance et les résultats des entreprises de la région. L'euro est tombé à 1,0637 dollar jeudi, son plus bas depuis le 19 mars. Il perd environ 2,7% sur la semaine.

Carrefour prend 2,7% et soutient la tendance, après la publication d'un chiffre d'affaires meilleur que prévu au premier trimestre en dépit d'une dégradation de la situation en Chine, où ses ventes ont baissé de 13%.

À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,24% à 5.221,52 points vers 9h35. À Francfort, le Dax gagne 0,42% et à Londres, le FTSE affiche une hausse de 0,44%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,27% et le FTSEurofirst 300 0,42%, à ses plus hauts depuis 2000 et en progression de 20% depuis le début de l'année.

L'annonce que la Grèce a remboursé 450 millions d'euros au Fonds monétaire international (FMI) a rassuré les investisseurs, qui doutent toutefois encore de la capacité du pays à s'entendre avec ses créanciers pour débloquer une nouvelle tranche d'aide en échange d'une liste de réformes.

En Chine, l'indice des prix à la consommation est resté inchangé à 1,4% en mars sur une base annuelle et les prix à la production ont légèrement baissé, ce qui laisse envisager un nouvel assouplissement monétaire de Pékin.

L'indice des ressources de base (-0,23%) accuse l'un des rares replis sectoriels, le minerai de fer entrant dans une nouvelle crise avec une chute de 30% des cours en un mois et des perspectives plus noires que pour le pétrole et qui affectent plus que jamais les groupes miniers.

BNP Paribas recule de 0,95%, plus forte baisse du CAC 40. Les analystes de Société générale sont passés à la vente sur le titre de la banque, qui a confirmé la suppression d'un maximum de 1.800 postes en Pologne sur deux ans.

Saint-Gobain perd 1,46%, plus forte baisse de l'indice paneuropéen EuroStoxx 50. Son PDG Pierre-André de Chalendar a déclaré au Parisien-Aujourd'hui en France ne pas voir "du tout" de reprise cette année en France dans le bâtiment, mais la percevoir en Espagne et en Angleterre.

Sur le marché des changes, le dollar oscille autour de ses plus hauts niveaux en trois semaines contre un panier de devises de référence, soutenu par une hausse des rendements des obligations du Trésor américain. La publication jeudi d'un nombre d'inscriptions au chômage moins important que prévu la semaine dernière apaise les inquiétudes des investisseurs sur la situation de l'emploi aux Etats-Unis et renforcent le scénario d'une hausse rapide des taux directeurs de la Réserve fédérale.

Sur le front du pétrole, le Brent poursuit, quoique timidement, son rebond de la veille et se rapproche des 57 dollars le baril, porté par des indicateurs allemands meilleurs que prévu publiés jeudi et les incertitudes qui continuent d'entourer les négociations sur le programme nucléaire iranien.

L'ayatollah Ali Khamenei, a exigé jeudi que toutes les sanctions frappant son pays soient levées dès la conclusion d'un accord définitif sur le programme nucléaire de la République islamique.

(Avec Blaise Robinson, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant