Les Bourses européennes ouvrent en légère baisse

le
0
LÉGER RECUL DE LA BOURSE DE PARIS EN DÉBUT DE SÉANCE
LÉGER RECUL DE LA BOURSE DE PARIS EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en petite baisse vendredi, marquant ainsi une pause après deux semaines de nette progression, et avant la publication dans la journée d'une série d'indicateurs économiques des Etats-Unis, susceptibles de donner des indices sur l'évolution de la politique accommodante de la Réserve fédérale.

À Paris, le CAC 40 perd 0,09%, soit 3,66 points, à 4.102,97 points vers 07h10 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,18%, ainsi que le FTSE à Londres. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,23%. À Tokyo, le Nikkei a lui fini en hausse de 0,12%.

Les ventes au détail en août et la première estimation de l'indice Reuters-Michigan seront particulièrement suivis, alors que la Fed, qui a conditionné une réduction sur les 85 milliards de dollars mensuels de rachats d'actifs à une amélioration de l'économie, devrait prendre une décision en ce sens à l'issue de sa réunion de politique monétaire des 17 et 18 septembre.

"Vu que les chiffres américains devraient aujourd'hui plus ou moins correspondre au consensus, cette attitude prudente devrait durer jusqu'à la décision cruciale sur un ralentissement", estiment des stratèges du Crédit Agricole.

Parmi les évolutions les plus notables, Kabel Deutschland gagne 3,48% à 89,4 euros au lendemain de l'annonce par Vodafone de l'acquisition du minimum requis de 75% de réponses positives à son offre de 7,7 milliards d'euros sur le premier câblo-opérateur allemand.

Sur le marché des changes, le yen fait une pause après s'être fortement renforcé jeudi, tandis que le dollar est au contraire en petite hausse face à un panier de six devises, ce qui ne compense pas son déclin enregistré cette semaine, en lien avec les interrogations sur la politique de la Fed.

La monnaie américaine bénéficie de l'annonce par la presse japonaise du choix de Lawrence Summers, considéré comme partisan d'une politique monétaire durcie, par Barack Obama pour remplacer Ben Bernanke à la tête de la Fed, alors que cette nouvelle fait à l'inverse baisser les futures sur le Bund allemand.

Le cours du baril de Brent continue à perdre du terrain, un peu au-dessus de 112 dollars, poursuivant dans la lignée d'une semaine de recul, liée à l'éloignement de la perspective de frappes occidentales en Syrie.

Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant