Les Bourses européennes ouvrent en légère baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGER RECUL DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGER RECUL DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en léger recul vendredi, à l'instar de Wall Street la veille, des commentaires d'un responsable de la Fed ayant servi de prétexte à certains investisseurs pour prendre leurs profits.

Wall Street a fini en baisse jeudi, refroidie en fin de séance par les commentaires de John Williams, le président de la Fed de San Francisco, selon qui la banque centrale pourrait commencer dès cet été à ralentir ses rachats d'actifs.

À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,37% à 3.964,36 points vers 9h30. À Francfort, le Dax perd 0,24% et à Londres, le FTSE 0,21%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,44%.

Toutefois les pertes devraient être limitées par la tendance des investisseurs a racheter sur les replis et par le sentiment que l'on est encore loin d'avoir un consensus au sein de la Fed pour commencer à ralentir les achats d'actifs.

"Il y a un peu de prises de bénéfices, ce n'est pas vraiment une surprise de voir les marchés marquer une pause. (Mais) ces dernières semaines, chaque baisse a déclenché un courant d'achats", dit Vinay Sharma (Gekko Capital Markets).

Aux valeurs, l'automobile (+0,5%) figure parmi les rares hausses sectorielles après l'annonce d'une légère croissance du marché automobile européen en avril, après 18 mois consécutifs de contraction. Renault s'adjuge 1,6% et Michelin, qui tient son assemblée générale ce matin, progresse de 2,4%, plus forte hausse du CAC.

Les télécoms (-1,2%) en revanche plombent la cote, dans le sillage de Deutsche Telekom qui perd 8,7%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund allemands perdent un peu de terrain sur des prises de bénéfices après les déclarations de Williams et les gains engrangés cette semaine.

Toutefois, certains intervenants estiment que ces propos, qui viennent d'un membre non-votant de la Fed, ont été surinterprétés par les marchés et pensent que le repli du Bund devrait être limité par la conviction que les banques centrales vont rester accommodantes dans les mois à venir.

"Les indicateurs ne sont pas très bons et je ne vois donc pas pourquoi (la Fed) déciderait tout à coup de changer de tactique et de diminuer progressivement ses achats (...) Les obligations du Trésor (américain) se sont bien tenues, donc je ne vois pas de raison pour qu'il y ait un courant de vente sur les Bunds. Je m'attends à une nouvelle journée de consolidation", dit un trader.

Le dollar se maintient près d'un plus haut de 10 mois face à un panier de devises et gagne 0,16% face à l'euro après les commentaires de Williams.

La fermeté de la devise américaine devrait se confirmer dans le courant de l'année vu la bonne performance de l'économie américaine par rapport à ses partenaires, estime Sim Moh Siong, stratège changes pour Bank of Singapore.

Le Brent recule de huit cents à 103,70 dollars le baril, s'inquiétant de l'état de la demande, affecté aussi par la fermeté du dollar.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant