Les Bourses européennes ouvrent en léger repli

le
0
LÉGER REPLI DE LA BOURSE DE PARIS EN DÉBUT DE SÉANCE
LÉGER REPLI DE LA BOURSE DE PARIS EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) - Hormis la Bourse de Londres, les principales Bourses européennes évoluent en léger repli dans les premiers échanges mardi, marquant une pause après les progrès de la veille dans la foulée des élections européennes dimanche, dont les investisseurs semblent surtout retenir le succès des pro-européens en Allemagne et en Italie.

À Paris, le CAC 40 perd 0,33% (-14,91 points) à 4.512,02 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,08% et la Bourse de Milan, qui avait bondi de plus de 3% lundi, cède 0,3%. A Londres, le FTSE gagne 0,3%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,28% mais le FTSEurofirst 300 reste stable.

Auparavant, la Bourse de Tokyo avait fini en légère hausse, enchaînant ainsi une quatrième session de gains d'affilée, à la faveur du goût du risque retrouvé des investisseurs au vu de récents indicateurs macro-économiques américains et chinois jugés encourageants pour la conjoncture mondiale.

La Bourse de Londres évolue à contre-tendance à la fois en raison d'un mouvement de rattrapage - fermée lundi pour cause de jour férié, elle n'avait pas pu profiter de l'élan haussier de lundi - et de l'envolée de l'action Intercontinental (+5,75% à 23,54 livres) à la suite d'un article publié dimanche voulant que le groupe hôtelier ait fait l'objet d'une offre de rachat.

L'indice regroupant les valeurs liées au tourisme et au transport aérien, tiré par le titre Intercontinental, affiche d'ailleurs, de loin, la plus forte hausse sectorielle (+1,35%), également soutenu par l'action Accor (+2,05%).

Dans le cadre d'un entretien accordé à Reuters, le PDG du groupe hôtelier français Sébastien Bazin a dit qu'Accor pourrait réfléchir à la scission de son pôle immobilier d'ici deux ou trois ans.

L'euro se stabilise après son creux de trois mois touché la veille dans la foulée des déclarations de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) disant que l'institut d'émission devait être "particulièrement attentif" au risque d'enracinement d'une spirale des prix négative dans la zone euro, ajoutant que davantage d'actions "préventives" pouvaient se justifier.

Le cours du Brent est en très légère hausse en raison des tensions en Ukraine et en Libye. Les risques géopolitiques ont fait progresser le cours de référence européen de plus de 6% depuis un creux de 103,95 dollars touché début avril.

Trente à trente-cinq miliciens pro-russes ont été tués en près de 24 heures de combats avec les forces gouvernementales à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, a estimé l'un d'eux mardi.

Le chef du mouvement d'occupation des ports pétroliers libyens a déclaré lundi qu'il ne reconnaissait pas le nouveau gouvernement du Premier ministre Ahmed Maïtik et suggéré que l'accord conclu avec le précédent gouvernement, pour mettre fin au blocus, pourrait être remis en question.

Malgré ces facteurs d'incertitude, des actifs considérés comme sans risque, comme les Bunds allemand ou l'or, accusent un léger repli.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant