Les Bourses européennes ouvrent en hausse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN HAUSSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en hausse sensible mardi, alors que la perspective d'une intervention militaire en Syrie semble s'éloigner.

Barack Obama a réagi plutôt positivement lundi à la proposition russe de placer les armes chimiques de la Syrie sous contrôle international tout en disant vouloir maintenir la pression sur Damas en demandant au Congrès d'autoriser le principe de frappes militaires.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,85% à 4.072,35 points vers 7h30 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,18% et à Londres, le FTSE 0,7%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 s'adjuge 0,9%.

"Les Russes ont proposé quelque chose qui semble régler tous les problèmes, qui retire (au président syrien Bachar al) Assad ses armes chimiques et permet d'échapper à la nécessité de recourir à la force contre lui", écrit William Nicholls, trader chez Capital Spreads, dans une note à ses clients.

Une hausse un peu plus marquée que prévu en Chine de la production industrielle, des ventes au détail et des investissements dans des actifs immobilisés au mois d'août, soutient la tendance sur les marchés. Ces données tendent à confirmer la stabilisation de la deuxième puissance économique mondiale, après une longue période de ralentissement.

Sur le front du pétrole, le baril de Brent mer du Nord est repassé au-dessus des 113 dollars à la suite de bons chiffres chinois.

L'indice des ressources de base prend 1,8%, plus forte hausse des indices sectoriels en Europe, avec un gain de 1,6% d'ArcelorMittal

Alors que le salon automobile de Francfort soutient l'ensemble du secteur, Volkswagen en profite particulièrement, avec un gain de 2,66%, plus net gain de l'EuroStoxx 50, en perspective d'une hausse de ses ventes en 2013.

Société générale prend 2,4%, plus forte hausse du CAC, après avoir annoncé une amélioration de son "ratio de levier" Bâle 3.

Eiffage perd près de 4% après la cession par Groupama de sa part de 6,9% dans le groupe de BTP et de concessions autoroutières.

Le dollar reste sous pression dans l'incertitude concernant le rythme et l'agenda du ralentissement prévu des rachats d'actifs de la Réserve fédérale américaine, tandis que l'euro se maintient près de ses plus hauts niveaux depuis fin août, soutenu par la détente sur le dossier syrien.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant