Les Bourses européennes ouvrent en hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en hausse jeudi, se rapprochant de leurs plus hauts niveaux depuis plusieurs années, au lendemain de déclarations de la Réserve fédérale qui a rassuré sur la conjoncture économique aux Etats-Unis et affirmé qu'elle maintiendrait une politique monétaire accommodante sur le long terme.

Après la récente annonce d'une hausse de l'inflation aux Etats-Unis à plus de 2% en mai, certains investisseurs craignaient que la Fed ne suggère un resserrement monétaire anticipé, avant l'échéance de mi-2015 évoquée jusqu'ici.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,77% à 4.565,40 points vers 7h20 GMT. À Francfort, le Dax s'adjuge 0,82% et à Londres, le FTSE 0,75%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,91% et le FTSEurofirst 300, qui prend 0,7%, n'est plus qu'à 0,1% de son pic de l'année.

A Wall Street, le S&P-500 a terminé mercredi à un nouveau record historique de clôture à 1.956,98 points et l'indice de volatilité du CBOE, dit aussi "indice de la peur", est tombé à son niveau le plus bas depuis février 2007.

La Bourse de Tokyo a pris 1,62% en clôture ce matin, saluant elle aussi les déclarations de Janet Yellen sur les taux et la croissance.

"L'activité s'est réveillée en Asie aujourd'hui après le discours accommodant de la Fed, alors que le marché semblait avoir anticipé un ton légèrement plus 'faucon'", dit Stan Shamu, analyste de marché chez IG.

Aux valeurs, le groupe britannique Rolls-Royce s'adjuge plus de 6%, plus forte hausse du Stoxx 600, après avoir annoncé un plan de rachats d'actions d'un milliard de livres (1,25 milliard d'euros).

A Paris, EDF (-3,15%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 après que la ministre de l'Energie, Ségolène Royal, a annoncé l'annulation de la hausse de 5% des tarifs de l'électricité prévue au 1er août.

Alstom reste au centre de l'attention. Le PDG de General Electric devrait proposer à la mi-journée au gouvernement de céder l'activité de signalisation ferroviaire de son groupe à Alstom Transport et de rester actionnaire de la branche de réseaux de transmission du groupe qu'il cherche à racheter, écrit Le Figaro. Le titre progresse de 0,5% en attendant la nouvelle proposition du groupe américain.

Le dollar oscille autour de ses plus bas niveaux en deux semaines face à un panier de devises, autour de 1.3625 pour un euro, avec le repli des rendements des Treasuries après les déclarations rassurantes de la Fed.

Sur le front du pétrole, le Brent se maintient près d'un pic de neuf mois au-dessus des 114,50 dollars le baril, toujours dopé par les craintes de graves perturbations de l'approvisionnement de pétrole lié aux combats en Irak.

L'Irak a demandé à Washington de mener des frappes aériennes contre les insurgés sunnites qui ont pris le contrôle d'une partie du nord et de l'ouest du pays et des trois quarts de la raffinerie de pétrole de Baïdji.

"Les investisseurs surveillent attentivement le prix du pétrole, chaque hausse de 10 dollars le baril entraînant une baisse de 25 à 32 points de base à la croissance du PIB américain selon l'OCDE", souligne Ioan Smith, chez KCG.

"C'est quelque chose que (la présidente de la Fed) Janet Yellen a dit surveiller parce que c'est important pour la stabilité financière."

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant