Les Bourses européennes ouvrent en hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en rebond mardi, l'attente d'une abondante injection de liquidités à trois ans de la BCE mercredi tempérant les craintes de voir la hausse des prix du pétrole compromettre la reprise économique mondiale.

A Paris, vers 9h35, le CAC 40 gagne 0,54% à 3.460 points. A Londres, le FTSE avance de 0,33% et à Francfort, le Dax prend 0,64%.

Les gains pourraient toutefois être limités, en raison d'inquiétudes persistantes sur le sort de la Grèce, dont l'agence Standard & Poor's a abaissé lundi la note souveraine à SD (défaut sélectif).

Les députés allemands ont approuvé lundi à une large majorité le dernier plan de sauvetage de la Grèce, malgré les pressions exercées sur la chancelière Angela Merkel pour que l'Allemagne cesse de verser de l'argent dans "un puits sans fond". Les analystes soulignent que le vote pourrait toutefois fragiliser Angela Merkel politiquement, rendant plus difficile encore un feu vert de Berlin au renforcement des fonds de secours de la zone euro.

Les banques figurent parmi les plus fortes hausses sectorielles, l'indice européen du secteur gagnant 0,6%. Deutsche Bank et BNP Paribas gagnent 1,8%.

L'action PSA gagne 8% et signe la plus forte hausse du CAC 40, le constructeur français poursuivant à un stade avancé ses discussions avec General Motors dans le cadre de leur projet d'alliance stratégique en Europe.

Casino gagne 1,6% après avoir annoncé une forte progression de ses résultats annuels, tirés par une contribution des pays émergents qui a plus que compensé le recul de la performance en France.

TomTom abandonne près de 18%, le spécialiste néerlandais des instruments de navigation ayant dévoilé une chute de 76% de son bénéfice net au quatrième trimestre et dit s'attendre à ce que le déclin de ses ventes se poursuive cette année.

Les Bunds sont stables, proches de leurs plus haut niveau en cinq semaines. La demande de papier allemand est en effet soutenue par les réticences de Berlin à renforcer les fonds de secours de la zone euro.

L'euro grimpe à plus de 1,3450 dollar, malgré le nouvel abaissement de la note grecque par S&P, ce dernier étant largement attendu par les marchés. La monnaie unique bénéfice toujours de l'attente d'une abondante injection de liquidités de la BCE.

Quant au yen, qui a inscrit la veille un plus bas de neuf mois contre le dollar, il s'est repris à la faveur d'importants achats de fin de mois de la part d'exportateurs japonais. Mais la devise nipponne est en passe d'enregistrer sur le mois son repli le plus marqué depuis plus de deux ans et les cambistes s'attendent à ce qu'il reste sous pression.

Les cours du pétrole poursuivent leur repli après leur forte hausse de la semaine précédente, mais les craintes persistantes entourant l'offre iranienne de brut limitent les pertes. Le baril de Brent se négocie autour de 123 dollars, celui de brut léger américain autour de 108 dollars.

Natalie Huet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant